Génériques: 700 médicaments testés en Inde devront être retirés de la vente en Europe

SANTÉ Parmi les références bannies, on retrouve des antidouleur, des antidépresseurs ou encore des antiallergiques…

20 Minutes avec agence

— 

Des médicaments (illustration).
Des médicaments (illustration). — MIGUEL MEDINA / AFP

Sept cents. C’est le nombre de médicaments génériques qui seront, dès le 21 août, interdits à la vente par l’Union européenne. Alors qu’une recommandation avait déjà été formulée en janvier dernier par l’Agence européenne du médicament (EMA), la suspension devra désormais être appliquée de façon stricte dans tous les pays membres.

Pour rappel, l’EMA avait, quelques mois plus tôt, mené des tests révélant des irrégularités sur plusieurs centaines de références testées par la société GVK Biosciences, à Hyderabad (Inde). Suite à ces révélations, 25 médicaments génériques commercialisés en France avaient été retirés de la vente.

55 produits seront retirés de la vente dans l’Hexagone

D’après Le JDD, 55 médicaments devraient être bannis en France. Pami eux figurent des antidouleurs, des antihistaminiques, des antidépresseurs ou encore des médicaments contenant du ropinirole, utilisé pour lutter contre la maladie d’Alzheimer. A noter que le retrait concerne des grands laboratoires pharmaceutiques tels que Teva, le leader du générique, le français Sanofi ou encore l’américain Mylan.

Face à ses accusations, GVK BIO, qui conteste les conclusions de l’EMA s’est déclarée « déçue par le fait que, malgré de multiples démarches, un dialogue scientifique n’ait pas été enclenché » indique Le Monde. L’affaire, qui fait grand bruit en Inde est même remontée jusqu’au secrétaire d’Etat au commerce extérieur Raveej Kher, qui a fait part de son intention de saisir l’organisation Mondiale du Commerce (OMC) précise France Bleu.