Hygiène: Le gel antibactérien favoriserait l'absorption par la peau du bisphénol A

ETUDE Les solutions hydroalcooliques peuvent également entraîner irritations, allergies, états de somnolence, maux de tête, nausées et même ébriété chez les enfants...

20 Minutes avec agence

— 

Utilisation de gel hydroalcoolique. Illustration.
Utilisation de gel hydroalcoolique. Illustration. — Zeppelin / Sipa

L’utilisation régulière d’un gel hydroalcoolique serait nocif pour la santé. Selon une étude menée par l’université du Missouri (Etats-Unis) et publiée dans la revue scientifique Plos One, le désinfectant pour les mains favoriserait l’absorption par la peau du bisphénol A.

Un bisphénol A, qualifié de perturbateur endocrinien, qui, on le sait, a des effets néfastes sur la qualité du sperme, serait à l’origine de fausses couches, de cancers ou de certains cas d’obésité. Un bisphénol qui entre chaque jour en contact avec nos mains, à travers les bouteilles, les gobelets en plastique, les ustensiles de cuisine ou encore les tickets de caisse.

Résistance bactérienne et dérèglements hormonaux

Toujours selon cette étude, les solutions hydroalcooliques pourraient entraîner irritations, allergies, états de somnolence, agitation, maux de tête, nausées, vertiges, et même ébriété chez les enfants. Elle rejoint ainsi de précédentes recherches, citées par l’association Santé Environnement France (ASEF) et qui avaient affirmé qu’un usage régulier et prolongé de certains agents contenus dans les gels antibactériens (le triclosan et le triclocarban) pourrait déclencher une résistance bactérienne ou même provoquer des dérèglements hormonaux.

En 2013, l’ASEF, s’appuyant sur ces études, avait ainsi déjà alerté sur les dangers d’une utilisation fréquente de gel antibactérien, alternative au lavage de mains encouragée par le ministère de la Santé pour prévenir grippe ou gastro-entérite. Cette année-là, l’association avait souligné que ce type de gel devait être utilisé avec parcimonie, l’eau et le savon demeurant la meilleure manière de se protéger des microbes.