Sida : Cinq questions pour mieux comprendre le cas de rémission

SANTÉ Le virus du sida ne se multiplie plus dans le corps d’une jeune femme séropositive de 18 ans…

Claire Chédeville

— 

Illustration : des bougies forment le symbole de la lutte contre le sida à Berlin;
Illustration : des bougies forment le symbole de la lutte contre le sida à Berlin; — Florian Schuh DPA

Selon une étude publiée ce 20 juillet, une jeune femme de 18 ans infectée par le VIH avant sa naissance est en rémission depuis douze ans. La patiente a suivi un traitement jusqu’à l’âge de 6 an mais, depuis, elle ne prend plus de médicament, va très bien et vit sa vie « normalement ». Autrement dit, elle est en rémission. On parle de rémission lorsque les symptômes d’une maladie chronique sont atténués ou ont disparu, mais cela ne signifie pas qu’il s’agit d’une guérison. 20 Minutes revient sur ce cas rarissime.

Sida : Le premier cas mondial de rémission du VIH observé sur une jeune Française

Comment une jeune femme a t-elle pu être en rémission pendant douze ans sans prendre de médicament ?

« C’est une bonne question, je pense que c’est parce que cette jeune femme a été traitée très tôt et qu’elle a bien réagi aux médicaments », explique Christine Rouzioux, médecin à l’Hôpital Necker (AP-HP) et professeure à Paris Descartes. C’est un cas exceptionnel qui ne peut pas être reproduit chez tous les patients. Quinze enfants en France avaient arrêté leur traitement sans succès. Le virus est redevenu actif aussi vite qu’il s’était endormi. « On a encore beaucoup d’études à faire pour essayer de multiplier les patients dans son cas », ajoute la médecin.

Quel traitement a t-elle suivi avant d’être en rémission ?

La jeune enfant a été immédiatement traitée par l’antirétroviral zidovudine dès sa naissance, et ce pendant six semaines avant d’être déclarée « porteuse du VIH », selon les travaux menés par l’Institut Pasteur, l’Inserm et l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP).

« Deux mois plus tard et suite à l’arrêt programmé du traitement prophylactique, elle présentait une charge virale très élevée conduisant à la mise en route d’un traitement associant quatre antirétroviraux » selon le Dr Saez-Cirion de l’Institut Pasteur. A l’âge de 6 ans, l’enfant a été perdu de vue par les médecins. Ce qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques s’est révélé extrêmement bénéfique. La jeune fille, revue un an après n’avait plus qu’une charge virale indétectable dans le sang. Le traitement n’a donc pas été repris.

Faut-il avoir un système immunitaire particulier ?

Les patients en rémission sont complètement différents des autres patients. « On peut envisager plusieurs réponses à ce cas particulier dans l’étude de leur système immunitaire », relève Christine Rouzioux. Les patients dits « contrôleurs » ont une immunité très forte et qui réagi bien. Le fait de bien réagir au traitement antirétroviral dès le début, permet une meilleure résistance au virus après l’arrêt du traitement.

Est-ce que ça veut dire que l’on est guéri ? Peut-on toujours transmettre le virus du sida ?

La rémission ne doit pas être associée à la guérison. Une rémission sur le long terme peut durer des mois ou des années avant que les symptômes deviennent à nouveau actifs. Même si la charge virale est indétectable dans le sang, la maladie est toujours présente de façon silencieuse. On ne peut pas encore guérir du sida. « On trouve toujours des cellules infectées quand on fait de nouveaux tests, la patiente peut toujours transmettre le virus même si elle n’en ressent pas les effets », insiste le Dr Rouzioux.

Quelles sont les conséquences pour la recherche ?

Le cas de cette jeune fille ouvre de nouvelles perspectives et permet de comprendre qu’une « rémission à long terme est possible chez l’adulte comme chez l’enfant. »

Pour Christine Rouzioux « comprendre comment le système immunitaire contrôle le virus pourrait permettre d’aller vers la découverte d’un vaccin. » Ce qui est aussi très intéressant c’est que les médicaments qui ont soigné la patiente datent de 1996, « c’est un énorme espoir parce que c’est une histoire ancienne, avec les médicaments d’aujourd’hui on peut faire encore mieux. »