Chirurgie: Un enfant né sans yeux ni nez reçoit un nouveau visage

CHIRURGIE L'opération de l'enfant a duré près de 18 heures ...

20 Minutes avec agence

— 

Un bloc opératoire
Un bloc opératoire — Patrick Valasseris afp.com

L’opération de la deuxième chance. Il y a quatre ans naissait Yahya Jabaly, un garçon marocain qui, souffrant de graves malformations, n’avait ni yeux, ni nez, ni mâchoire. Mais aujourd’hui, la vie sourit à l’enfant, qui grâce à une opération menée en Australie, a pu, ce dimanche, retrouver un visage normal rapporte Channel Seven.

Un appel à la solidarité lancé sur la toile

Grâce à un voisin, ami de la famille qui avait la seule connexion Internet des environs, le père de Yahya a pu lancer un appel à l’aide via Facebook. Cette opération a aussi vu le jour grâce à Fatima Baraka qui s’est prise d’affection pour cet enfant.

Cette femme, exilée en Australie mais née dans un village non loin de celui où vit Yahya, et survivante d’un cancer du sein, a déclaré à l’époque à la chaîne Channel Seven qu’il était « immédiatement entré dans son cœur ». « Je l’aime profondément », a-t-elle ajouté. « Il y avait un gros numéro de téléphone, en rouge. C’était évident qu’il s’agissait d’un appel à l’aide et j’ai donc pris mon téléphone pour les appeler », a-t-elle poursuivi.

C’est surtout elle qui a contacté Tony Homes, connu pour avoir procédé à la séparation des siamoises originaire du Bangladesh, Trisha et Krishna. Par ailleurs, elle a aussi avoué à Channel Seven : « J’étais choquée, je dois l’avouer. Je ne pensais pas être aussi choquée, mais ce fut le cas. Pour être tout à fait honnête, j’ai même été horrifiée ».

Une opération qui valait le coup

Après une batterie de tests médicaux, le médecin a déclaré l’enfant apte à une opération, malgré les risques très élevés d’une telle intervention. « Il ne mourra pas si on ne l’opère pas, en revanche, il pourrait mourir, si on l’opère », avait-il expliqué. Le père du petit garçon souhaitait simplement que son fils « soit le plus normal possible pour pouvoir aller dehors et jouer avec les autres enfants ».

Finalement, « ils sont tellement émerveillés, et heureux. L’intervention, qui a duré près de 18 heures, était risquée mais cela valait le coup parce qu’il peut enfin avoir une vie normale », a déclaré le médecin. Tout n’est pas fini pour le garçonnet, qui doit être à nouveau opéré du nez et des yeux, pour l'implantation d'une prothèse oculaire.