Vaccination: Plus de 8 Français sur 10 jugent les vaccins utiles et efficaces

SONDAGE En dépit de la pétition controversée du Pr Henri Joyeux sur les dangers de la vaccination...

20 Minutes avec agences

— 

Lille, le 11 octobre 2013. Vaccination contre la grippe saisonniere a l'Institut Pasteur de Lille avec le vaccin Vaxigrip das laboratoires Sanofi Pasteur MSD.
Lille, le 11 octobre 2013. Vaccination contre la grippe saisonniere a l'Institut Pasteur de Lille avec le vaccin Vaxigrip das laboratoires Sanofi Pasteur MSD. — M.Libert/20 Minutes

Interrogés sur les vaccins au début du mois de juin par l’institut Odoxa, 87 % de Français estiment qu’ils sont utiles et 81 % qu’ils sont efficaces, tandis que 65 % récusent l’idée qu’ils puissent présenter un danger.

Toujours selon ce sondage (1) publié ce jeudi, les Français font toujours majoritairement (60 %) confiance à leur médecin pour se faire vacciner, mais 29 % déclarent se renseigner auprès d’une autre source (infirmier, etc.) tandis que 10 % déclarent refuser systématiquement de se faire vacciner.

La « responsabilité » d’un médecin, « c’est de rassurer, d’expliquer et non pas d’inquiéter »

Cette confiance accordée au vaccin est d’autant plus marquante que les Français se sont positionnés juste après la polémique lancée par le professeur Henri Joyeux. Dans une pétition lancée le mois dernier sur internet et qui aurait déjà réuni plus de 500.000 signatures, le Pr Joyeux proteste, en effet, contre la pénurie de certains vaccins, accusant notamment le vaccin Infanrix hexa (GSK) (utilisé pour vacciner les nourrissons contre six maladies) d’être dangereux.

Et si 66 % des Français estiment qu’il est « tout à fait normal qu’un médecin comme le professeur Joyeux prenne position publiquement sur des sujets comme la vaccination », même s’ils ne sont pas d’accord avec lui, cette pétition a été vivement critiquée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine qui a souligné que la « responsabilité » d’un médecin, « c’est de rassurer, d’expliquer et non pas d’inquiéter et de faire peur ».

 

(1). Ce sondage a été réalisé par internet les 4 et 5 juin pour le compte de France Inter, du Figaro et la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH) sur un échantillon de 1.005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.