Santé: «Le diabète de l'enfant est une urgence diagnostique»

SANTE Un retard dans la prise en charge peut être fatal...  

Anissa Boumediene

— 

Illustration d'une personne diabétique en train de contrôler sa glycémie.
Illustration d'une personne diabétique en train de contrôler sa glycémie. — GUSTAFSSON/LEHTIKUVA OY/SIPA

Il représente 5 à 10 % des cas de diabète et se manifeste durant l’enfance ou l’adolescence. Lui, c’est le diabète de type 1, ou diabète de l’enfant, dont 2.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Plus fulgurant et plus rare que celui de type 2, qui se déclare généralement chez les adultes après 50 ans, le diabète de l’enfant n’est pas toujours facile à diagnostiquer. Pourtant, un retard dans la prise en charge de l’enfant diabétique peut avoir de graves conséquences. Jean-Jacques Robert, chef du service diabétologie pédiatrique de l’Hôpital Necker et auteur de Mon enfant a du diabète (éd. Le Cherche midi), fait le point sur la maladie.

Quelles sont les spécificités du diabète de l’enfant ?

Dans plus de 95 % des cas, il s’agit du diabète de type 1, propre à l’enfant. Il est provoqué par la disparition des cellules du pancréas qui fabriquent l’insuline, l’hormone qui régule le taux de sucre dans le sang : la glycémie. Il a pour particularité de se manifester assez brutalement. Quand les signes cliniques apparaissent, il peut s’écouler moins de quelques jours entre la pose du diagnostic et l’hospitalisation de l’enfant.

Et contrairement à certaines idées reçues, le diabète de type 1 n’est pas lié à une consommation excessive de sucre ou à une alimentation trop riche et n’est pas corrélé au surpoids.

Quels sont les symptômes du diabète de type 1 ? Quels signes doivent alerter les parents ?

Une soif anormale (polydipsie), des envies fréquentes d’uriner et des urines abondantes (polyurie) sont les tout premiers signes du diabète de l’enfant. Il provoque aussi une énurésie : or lorsqu’un enfant de 10 ou 15 ans se met à faire pipi au lit, ce n’est pas normal, il faut s’en alarmer parce que cela peut indiquer qu’il est diabétique.

Si ce diabète de type 1 évolue, il peut provoquer nausées, vomissements et douleurs abdominales, ainsi qu’une respiration rapide, qui laisse à penser, à tort, que l’enfant souffre d’asthme. Dans les cas les plus graves, le manque d’insuline dans le sang peut provoquer une acidocétose. Cette élévation de l’acidité dans le sang, liée à l’accumulation de substances toxiques pour l’organisme, peut entraîner un coma diabétique, voire une issue fatale. Chaque année, des enfants en meurent. Le diabète de type 1 est une urgence diagnostique.

Quelles sont les conséquences de la maladie au quotidien ?

La maladie a un fort retentissement sur toute la famille. Pour les parents et pour l’enfant, c’est une annonce très difficile à digérer. En pratique, l’enfant diabétique doit contrôler sa glycémie quatre à cinq fois par jour et pour maintenir sa glycémie, il doit recevoir plusieurs injections d’insuline, entre deux et cinq, chaque jour également.

Il devra ensuite traverser l’adolescence, une période pas évidente où on a envie de se rebeller, tout en suivant scrupuleusement son traitement. La répétition, sans répit, peut être pénible. Or un enfant diabétique le restera toute sa vie.