Deux cafés par jour pour lutter contre les troubles de l'érection

SANTE Les troubles érectiles diminueraient de 42%...

A.B.

— 

Tasses de café, illustration.
Tasses de café, illustration. — POUZE/SIPA

La nouvelle pourrait bien doper les ventes de la boisson la plus consommée en France après l’eau minérale. Boire du café chaque jour permettrait de lutter contre les troubles de la fonction érectile, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université du Texas (Etats-Unis) et publiée dans la revue scientifique américaine PLOS.

Augmenter l’afflux sanguin

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont analysé chez 3.724 hommes l’impact de la prise de café sur les troubles érectiles. Et les résultats sont plutôt édifiants. L’étude démontre que ceux qui consomment entre 85 et 170 milligrammes de caféine par jour, soit deux à trois tasses, voient leurs risques de souffrir de troubles de l’érection baisser de 42 %. Des bénéfices également avérés dans le cas d’hommes obèses, ou souffrant d’hypertension.

Pourquoi ? La caféine permet de relaxer les artères du pénis et d’augmenter l’afflux sanguin. Et comme il s’agit de caféine, ce qui fonctionne avec le café marche aussi avec le thé, les sodas et les boissons énergisantes. Pas la peine pour autant d’en boire des litres : les scientifiques ont découvert qu’en cas de surconsommation de boissons caféinées, les risques de panne ne diminuaient que de 39 %.

Les nombreuses vertus du café

Longtemps décrié, le café n’en finit plus de dévoiler ses nombreuses vertus. Outre ses nouveaux effets en matière de virilité, des chercheurs franco-allemands ont découvert dans une précédente étude que la caféine pourrait avoir un effet protecteur contre les déficits de mémoire dans la maladie d’Alzheimer.

Mais ce n’est pas tout, les scientifiques ont mis au jour l’incidence du café dans la prévention du cancer de la prostate, du foie, du cancer colorectal mais aussi la maladie de Parkinson et le diabète.

Côté féminin, les femmes qui boivent beaucoup de café ont moins de risques d’avoir un AVC que celles qui n’en consomment pas.