Consultation: Les généralistes de nouveau appelés à augmenter leurs tarifs

MEDECINS Le syndicat Unof-CSMF veut ainsi faire pression sur l'Assurance-maladie pour obtenir une revalorisation des actes...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 09 septembre 2011. Illustration d'une consultation chez un medecin generaliste en Essonne . Tension .  /// V. WARTNER / 20 MINUTES
Le 09 septembre 2011. Illustration d'une consultation chez un medecin generaliste en Essonne . Tension . /// V. WARTNER / 20 MINUTES — V. WARTNER / 20 MINUTES

Nouvelle offensive sur les tarifs. Un syndicat de médecins, l'Unof-CSMF, a appelé ce mardi les généralistes à augmenter eux-mêmes leurs tarifs à partir du vendredi 15 mai en fonction de la complexité des consultations. Objectif: faire pression sur l'Assurance-maladie pour obtenir une revalorisation de leurs actes.

«Dès le 15 mai 2015, (...) les médecins informeront leurs patients que la qualité du travail médical exige du temps et que désormais au-delà d'un motif de consultation et en dehors de toute urgence, le patient reprend rendez-vous», affirme le syndicat dans un communiqué.

Concrètement, l'Unof-CSMF invite les généralistes à pratiquer des dépassements d'honoraires pour les patients qui se présentent à leur cabinet avec plusieurs «motifs» de consultation, ou à leur proposer un nouveau rendez-vous s'ils refusent de payer davantage.

Une première tentative fin mars

Comme tous les autres syndicats représentatifs, l'Unof-CSMF réclame depuis des mois une augmentation de la consultation de base de 23 euros à 25 euros. Il réclame également «une hiérarchisation des consultations pour prendre en compte les consultations complexes, de plus en plus nombreuses» qui mériteraient d'être rémunérées 46 euros. Mais le gouvernement et l'Assurance-maladie refusent toute discussion sur le sujet avant la tenue des élections professionnelles en octobre et l'ouverture de négociations pour une nouvelle convention en 2016.

Fin mars, le principal syndicat de généralistes, MG France, avait déjà appelé les médecins à augmenter unilatéralement leur consultation à 25 euros, sans grand succès. Fin avril, l'Assurance-maladie recensait 600 médecins ayant augmenté leurs tarifs sans son feu vert.