Asthme: Bientôt une solution pour les millions de malades

RECHERCHE Une récente étude fait la lumière sur l'origine de cette affection....

20 Minutes avec agence

— 

Une personne souffrant d'asthme (illustration).
Une personne souffrant d'asthme (illustration). — Jaubert / Sipa

La découverte est de taille et devrait soulager le quotidien des 235 millions de personnes victimes de l'asthme. En effet, des scientifiques viennent d'identifier les causes de cette affection respiratoire qui touche près 3,5 millions de personnes en France, parmi lesquels 10% sont des enfants.

Mieux. Si l'on en croit l'étude menée au sein de l'université de Cardiff et du Kings College de Londres, dont les résultats ont été publiés par la revue Science Translational Medicine, «l'asthme pourrait bientôt être guéri d'ici à cinq ans».

Prévenir les symptômes de la maladie

En étudiant des souris et des tissus humains de personnes asthmatiques et en bonne santé, les chercheurs ont découvert que l'inflammation des bronches et l'irritation des muqueuses lors des crises d'asthme étaient liées au calcium, et en particulier aux récepteurs sensibles au calcium (CaSR) qui régulent la concentration de cet ion dans l'organisme. 

Asthme: «On ne naît pas asthmatique, on le devient»

«Notre étude montre que les facteurs déclencheurs (allergène, pollution, etc.) relâchent des molécules qui activent les CaSR dans les tissus des voies respiratoires et conduisent aux symptômes de l'asthme. En utilisant des «calcilytics» par inhalation directement dans les poumons, nous avons montré qu'il était possible de désactiver les récepteurs au calcium et prévenir tous les symptômes», explique Daniela Riccardi, auteur principal de l'étude et professeur à l'université de Cardiff.

Près de 1.000 morts par an

Après cette découverte de premier plan, il y a donc la possibilité d'une guérison alors que, selon l'Institut national de veille sanitaire, la maladie respiratoire cause environ 1.000 morts par an. Pour l'instant, aucun médicament n'est efficace contre l'asthme et les traitements prescrits aux malades permettent seulement de réduire les symptômes mais ne peuvent agir sur tous en même temps. Aussi, on conseille seulement aux asthmatiques d'éviter le plus possible les éléments déclencheurs tels que les allergènes (acariens, les pollens ou les poils d'animaux), la fumée de tabac, les produits chimiques irritants ou encore la pollution.

Les chercheurs pensent donc en venir à bout en agissant sur une protéine du corps humain, chargée de contrôler l'absorption de calcium. Réguler cette protéine permettrait de stopper les causes de l'asthme. Les scientifiques sont d'ailleurs optimistes: les premiers tests sont concluants et à la suite de résultats probants sur les souris et des tissus humains, des tests cliniques vont avoir lieu dans les années qui viennent. Autre bonne nouvelle, la molécule utilisée pour réguler cette protéine est peu coûteuse et devrait permettre de lutter contre l'asthme à moindre coût.