Médicaments: La collecte des boîtes ou pilules non utilisées continue de progresser

FRANCE 15.465 tonnes ont été récupérées en 2014, coïncidant avec une légère baisse constatée des ventes de médicaments...

20 Minutes avec agences
— 
Un stock de médicaments dans un hôpital français
Un stock de médicaments dans un hôpital français — Thomas Bregardis AFP

L'association Cyclamed, en charge d'organiser la récupération des médicaments non utilisés, vient de présenter son bilan pour l'exercice 2014. Un bilan chiffré à 15.465 tonnes de produits collectés. Après une progression de 3,2% en 2013, la collecte a ainsi fait un bond de 1,7% en 2014.

Parallèlement à cela, l'association a pourtant observé une baisse d'1,2% en 2014 du nombre de boîtes de médicaments vendues en officine. Mieux, en dix ans, le volume de boîtes commercialisées est passé de 3,1 milliards en 2005 à moins de 2,9 milliards l'an passé.

>> Médicaments: Une liste non officielle des 151 «essentiels» en France

Le Limousin, meilleur élève

Les trois régions les plus vertueuses en termes de quantités de médicaments rapportés en pharmacie sont le Limousin (333 grammes par habitant), la Picardie (246 grammes) et la Bourgogne (230 g). Trois autres marquent une progression tangible de leur prise de conscience: l'Auvergne (+6%), la région PACA (+5%) et l'Aquitaine (+4%).

A noter que selon une étude BVA, environ 80% des Français déclarent rapporter leurs médicaments non utilisés chez le pharmacien, soit 16% de plus qu'il y a cinq ans. Les plus de 50 ans (87%) et les femmes (86%) sont les plus assidus.

 

(1). Les médicaments sont collectés par les pharmacies puis regroupés par les grossistes répartiteurs, avant d'être éliminés au sein de 55 incinérateurs qui récupèrent l'énergie sous forme de chaleur et d'électricité.