Incontinence urinaire: Le grand tabou

SANTE Associée à la vieillesse et à une mauvaise image de soi, l'incontinence est un sujet dont les Français n'osent pas parler...

Anissa Boumediene

— 

L'incontinence urinaire est un tabou pour les deux tiers des Français.
L'incontinence urinaire est un tabou pour les deux tiers des Français. — M.CIZEK / AFP

Troubles urinaires, faiblesse pelvienne, problèmes de vessie ou fuites urinaires: la terminologie variée autour de l'incontinence est largement utilisée pourvu qu’elle permette de ne pas utiliser ce mot tabou. A l’occasion de la Semaine de la continence, qui a lieu jusqu’au 5 avril, l’Association française d’urologie (AFU) organise ce vendredi un chat Facebook pour répondre à toutes les questions que se posent les internautes sur l’incontinence et Ipsos dévoile une enquête réalisée pour Femifree sur le ressenti des Français à l’égard des troubles urinaires.

Les patients n’osent pas en parler

«L’urine est considérée comme un liquide impur. L’incontinence urinaire (IU) renvoie à la perte de la maîtrise de son corps», analyse Gérard Mermet, sociologue. 66% des Français estiment d'ailleurs que l'IU est un sujet tabou. Et près de la moitié des personnes interrogées (48%) considèrent que le tabou est tel que le sujet n'est pas abordable au sein du couple.

Pour quatre personnes sur cinq (79%), l'IU est un problème qui fait que l'on se sent sale et pour 68% des Français interrogés, les troubles urinaires font se sentir vieux. «En consultation, les patientes ne se confient sur leurs troubles urinaires que si on les interroge», confirme le Dr David Elia, gynécologue obstétricien à Paris. Selon l'étude, 51% des Français reconnaissent ne pas oser en parler avec leur médecin.

Retentissement sur la vie sociale et sexuelle

«Le corps a cinq fonctions : il est notre enveloppe, notre outil pour accomplir les gestes du quotidien et le capteur de notre environnement. Mais c’est aussi une vitrine de l’image que l’on renvoie aux autres et un miroir de l’image qu’on se renvoie à soi-même. Et l’IU impacte chacune d’entre elles», explique le sociologue, avec un retentissement sur la vie sociale et sexuelle.

«La vie sexuelle est impactée par les problèmes d’incontinence. Durant l’orgasme, on se relâche, et il arrive à des patientes d’avoir des fuites urinaires à ce moment-là, voire avant, durant l’acte», confirme le gynécologue. Résultat des courses : une femme sur cinq invente une excuse pour éviter les relations sexuelles avec son partenaire.

Globalement, «les Français sont mal informés sur l'IU, notamment sur ses causes, détaille Gérard Mermet. En revanche, ils ont un fort intérêt pour les solutions et se renseignent davantage sur les moyens de se sortir de l'incontinence».