Cancer: Un nouveau décès dû au port de prothèses mammaires

CANCER Selon «Le Parisien», une deuxième victime serait décédée d’un cancer à cause d’une infection liée au port de prothèses mammaires…

Vincent Vantighem

— 

Illustration d'une prothèse mammaire.
Illustration d'une prothèse mammaire. — F.DURAND/SIPA

Va-t-on vers un nouveau scandale sanitaire? Le Parisien pose une nouvelle fois la question, ce jeudi, en révélant qu’une deuxième femme est décédée d’un lymphome anaplasique à grandes cellules associé à un implant mammaire. Il y a une semaine le quotidien avait révélé que le port de prothèses mammaires pouvait entraîner une forme rare de cancer, faisant craindre un nouveau scandale après l’affaire PIP.

Cancer: Les prothèses mammaires à nouveau soupçonnées

C’est ce qui a conduit les autorités sanitaires à mettre en place un «comité de suivi» sur cette possible crise de santé publique. Réuni mercredi, ce comité de suivi aurait donc annoncé à plusieurs associations de victimes le décès d’une deuxième femme porteuse d’implants mammaires. Les deux victimes portaient des prothèses de marques différentes, selon Le Parisien.

174 femmes concernées à travers la planète

Le bilan établi en France est actuellement de 19 cas de malades recensées et donc de deux décès. Mais l’affaire ne se limite pas à nos frontières. Six cas auraient également été détectés en Italie. A travers la planète, ce seraient 174 femmes qui seraient concernées par ce lymphome anaplasique à grandes cellules.

Portrait: Joëlle Manighetti veut se battre et informer

Membre de plusieurs associations de victimes, Joëlle Manighetti confirme sur son blog la tenue de la réunion et le bilan qui en a été fait. Donnant des conseils aux femmes sur la conduite à tenir, elle rappelle cependant que ce lymphome reste très rare: «Une à deux femmes sur 10.000 porteuses d'implants mammaires pourraient être touchées sur dix ans.» Suffisant pour alarmer toutes les porteuses de prothèses mammaires.

La marche à suivre pour les femmes

Sur son blog, Joëlle Manighetti donne quelques conseils aux femmes porteuses de prothèses mammaires inquiètes. «Le diagnostic n'est pas facile a établir. Il n'y a pas de signes vraiment évidents ni spécifiques, indique-t-elle. En première intention, il faut pratiquer une échographie à la recherche d'un épanchement autour de la prothèse, d'un épaississement de la capsule et exploration des aires ganglionnaires.»