Tiers payant: La dispense d'avance de frais médicaux généralisée en 2017

SANTÉ Marisol Touraine a détaillé le calendrier de son projet de réforme du tiers payant...

V.V. avec AFP

— 

La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé lundi la généralisation du tiers payant chez le médecin d'ici à 2017, l'une des mesures emblématiques de la stratégie nationale de santé du gouvernement pour un meilleur accès aux soins.
La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé lundi la généralisation du tiers payant chez le médecin d'ici à 2017, l'une des mesures emblématiques de la stratégie nationale de santé du gouvernement pour un meilleur accès aux soins. — Eric Feferberg AFP

La date ne doit sans doute rien au hasard. Une semaine après avoir maintenu son projet de réforme du tiers payant, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, en a détaillé le calendrier dans un amendement gouvernemental au projet de loi Santé.

Les faits: Marisol Touraine reste ferme sur le tiers payant

On y apprend que la dispense d’avance de frais lors d’une consultation médicale deviendra un droit pour tous les assurés au 30 novembre 2017. Cela laisse le temps aux praticiens, très hostiles au projet, de s’adapter. Et sans doute à la droite de promettre de revenir sur cette réforme en cas de victoire à la présidentielle de 2017.

Les médecins redoutent la lourdeur administrative

Concrètement, cette promesse de campagne de François Hollande sera d’abord étendue aux bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) et à tous les patients pris en charge à 100% à partir du 1er juillet 2016. Elle deviendra, pour eux, un droit officiel au 31 décembre de la même année.

Le lendemain, ce sont tous les patients qui pourront en bénéficier dans les cabinets médicaux où les médecins sont volontaires et ne redoutent pas de subir une lourdeur administrative. Les autres, rétifs au projet, auront une dizaine de mois pour s’adapter. Car au 30 novembre 2017, ils seront contraints par la loi d’appliquer la mesure.

L’amendement gouvernemental indique également qu’une étude poussée doit permettre de détailler les moyens techniques permettant de passer cette réforme sans douleur pour les médecins.