En 2050, la moitié de la population mondiale sera affectée par au moins une maladie allergique

ETUDE Selon l'Académie européenne d'allergie et d'immunologie clinique, «peu de personnes sont conscientes qu'une réaction allergique grave (...) est susceptible d'entraîner la mort»... 

20 Minutes avec agence

— 

Conjonctivite, asthme et rhinite sont les principaux symptômes des allergies aux pollens d'ambroisie.
Conjonctivite, asthme et rhinite sont les principaux symptômes des allergies aux pollens d'ambroisie. — N.GUYONNET / MDS / 20MINUTES

Classée, par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au 4e rang des maladies faisant le plus de victimes (juste derrière le cancer, les pathologies cardiovasculaires et le sida), l'allergie frappe, en France, aujourd'hui, 30% de la population (contre 2 à 3% en 1970).

Le problème ne date pas d'hier, mais le nombre de cas explose et la maladie devient de plus en plus handicapante. Et les experts, au premier rang desquels l'OMS, estiment, d'ores et déjà, que la situation va continuer à s'aggraver. D'ici 35 ans, une personne sur deux sera ainsi allergique. Autrement dit, en 2050, la moitié de la population mondiale sera affectée par au moins une maladie allergique.

Sept ans d'attente avant d'aller consulter un médecin

«La pollution extérieure, l'air intérieur de nos habitations et notre dimension psychosociologique», participent à cette montée en puissance des allergies, même si ces dernières ont une origine génétique, soutient l'association Asthme & Allergie, interrogée par Pourquoi Docteur. Alors, ce 17 mars, à l'occasion de la Journée mondiale de l'Allergie, l'association a mis l'accent sur l'éducation des malades, la formation des professionnels de santé afin d'améliorer le diagnostic et la prise en charge.

«Trop de personnes ignorent qu'une allergie non traitée risque de s'aggraver. En moyenne, une personne allergique attend 7 ans avant d'aller consulter un médecin», indique l'association Asthme & Allergies. Une négligence qui peut avoir des conséquences dramatiques. En effet, «peu de personnes sont conscientes qu'une réaction allergique grave, telle que l'anaphylaxie, est susceptible d'entraîner la mort», affirme l'Académie européenne d'allergie et d'immunologie clinique.