Cancer du col de l'utérus: Un nouveau vaccin plus efficace

ETUDE Le Gardasil 9 supplante son grand frère, actuellement sur le marché, dans la lutte contre le papillomavirus...

20 Minutes avec agences

— 

Le siège de Merck à Darmstadt en Allemagne, le 17 février 2012
Le siège de Merck à Darmstadt en Allemagne, le 17 février 2012 — Arne Dedert DPA

Selon une étude publiée,ce  mercredi, dans le New England Journal of Medicine, le Gardasil 9, un nouveau vaccin contre les papillomavirus humains (HPV), serait plus efficace que la version précédente et protégerait contre 90% des cancers du col de l'utérus.

>> A lire ici: Psychose autour d'un vaccin après la mort d'une adolescente britannique

Commercialisé par le laboratoire américain Merck, le Gardasil 9 protégerait, en effet, contre 9 sortes de HPV, parmi lesquels 7 sont responsables de la plupart des cancers du col de l'utérus. Le controversé Gardasil, grand frère né dans ce même laboratoire et actuellement sur le marché, ne protège que contre deux d'entre elles.

«97% de chances de prévenir le cancer utérin»

Selon Jack Cuzick de la Queen Mary University de Londres, l'un des auteurs de l'étude, le Gardasil 9 présente le potentiel de quasiment éliminer le cancer du col de l'utérus chez les femmes vaccinées.

Et les chercheurs estiment également qu'une femme non infectée qui reçoit du Gardasil 9 a «97% de chances de prévenir le cancer utérin et vaginal ainsi que les verrues génitales provoquées par certaines souches des HPV 31, 33, 45, 52 et 58».

>> A lire également: Papillomavirus: L'OMS recommande le vaccin dès 9 ans

«Concentrer nos efforts sur les filles de 12-13 ans»

Il s'agit d'une découverte «importante» affirme Jack Cuzick, qui ajoute que la vaccination, si elle veut être efficace, doit avoir lieu avant que les filles ou les femmes ne soient sexuellement actives.

«Nous devons concentrer nos efforts sur les filles de 12-13 ans, comme cela se fait au Royaume-Uni, même si le vaccin doit également être disponible pour les femmes de 25 à 45 ans dans le cadre de dépistages», estime le scientifique.