Cigarette électronique: Les ados pourraient être accros

TABAC Alors que l'usage de la cigarette électronique chez les jeunes non-fumeurs a triplé de 2011 à 2013...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration cigarette électronique au bureau, le 6 octobre 2013.
Illustration cigarette électronique au bureau, le 6 octobre 2013. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Les études sur la cigarette électronique se suivent, mais ne se ressemblent pas. Lancée il y a quelques années sans étude préalable de son impact sur la santé, l'e-cigarette est aujourd'hui passée au crible par les chercheurs.

Ainsi, elle serait plus cancérigène que le tabac ou à l'origine d'une plus grande anxiété, d'intoxication voire d'incendies, la cigarette électronique engendrerait également l'accoutumance à la nicotine chez les adolescents. 

Un soutien pour arrêter de fumer mais...

Cette question était encore présente lors d'une conférence de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS) en Californie, où est notamment intervenu Roy Harrison, professeur de santé environnementale à l'Université de Birmingham. S'il a rappelé l'étude récente de la Cochrane Collaboration attestant le fait que «ces cigarettes sont prometteuses pour aider les fumeurs à renoncer au tabac», il en a profité pour rappeler, études à l'appui, que «si des adolescents qui n'ont jamais fumé de tabac se mettent à utiliser des cigarettes électroniques, ils s'exposent délibérément à la nicotine, une substance provoquant une puissante accoutumance».

Et Roy Harrison a vu ses propos étayés par Wilson Compton, le directeur adjoint de l'Institut national américain d'abus de drogues, qui a estimé «inquiétante» cette consommation d'e-cigarette par les adolescents américains. «Car cela pourrait être la seule et nouvelle façon de goûter à la nicotine ouvrant la voie à une accoutumance et au tabagisme», a poursuivi le chercheur.

Néfaste pour le cerveau

Pour preuve, une récente enquête réalisée aux Etats-Unis, portant sur plus de 40.000 lycéens, vient de montrer que 8,7% des jeunes âgées 14 ans avaient fumé des cigarettes électroniques le mois précédent. La proportion atteignait 16,2% et 17,1% chez les 16 et 18 ans respectivement. En comparaison 4% des 14 ans, 7% des 16 ans et 14% parmi les 18 ans, avaient fumé des cigarettes.

«La nicotine peut effectivement être néfaste pour le cerveau des adolescents et il est préférable qu'ils évitent les cigarettes électroniques», a d'emblée renchéri Deborah Arnott, à la tête d'Action on Smoking and Health (Ash), une organisation anti-tabac britannique. «Mais si les adolescents veulent vraiment essayer de fumer, il vaut toujours mieux qu'ils utilisent des cigarettes électroniques beaucoup moins dangereuses et moins addictives que le tabac.»

Interdites aux mineurs

Pour rappel, l'été dernier, un rapport des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) avait indiqué que l'usage de la cigarette électronique chez les jeunes non-fumeurs américains avait triplé de 2011 à 2013.

Dès lors, l'Agence américaine des médicaments (FDA) avait proposé de réglementer les cigarettes électroniques en interdisant notamment leur vente aux mineurs et en imposant aux fabricants une autorisation de mise sur le marché. Il s'agissait là du premier cadre réglementaire sur ces cigarettes aux États-Unis, un marché de près de deux milliards de dollars.