VIDEO. Le venin de serpent pour traiter l'épilepsie et la schizophrénie?

ETUDE Le serpent corail pourrait apporter des pistes de recherche quant aux traitements de l'épilepsie, de la schizophrénie et des douleurs chroniques...

20 Minutes avec agence

— 

Le biologiste Rafael de Fraga étudie les serpents à Manaus.
Le biologiste Rafael de Fraga étudie les serpents à Manaus. — RAPHAEL ALVES / AFP

Une équipe internationale de chercheurs est parvenue, après plus de dix ans de recherches, à percer le mystère du puissant venin du serpent corail. Ce venin rare contiendrait, ainsi, une toxine qui activerait de façon permanente une protéine clé des cellules nerveuses, provoquant des crises mortelles d'épilepsie chez les proies.

>> A lire également: Le super-génome du python, une clé pour prévenir les maladies humaines

«Ce que nous avons trouvé, c'est la première toxine animale connue appelée MmTX, et de loin la plus puissante, qui cible les récepteurs GABA(A) », explique Frank Bosmans, professeur adjoint de physiologie et de neuroscience à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins, coauteur de cette découverte parue dans les Comptes rendus de l'Académie américaines des sciences (PNAS).

Un rôle clé sur les cellules nerveuses

Or, il s'avère que ces récepteurs GABA(A) sont très importants chez les mammifères, puisqu'ils jouent un rôle clé dans la communication entre les cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière. Il apparaît que ces récepteurs serviraient, également, à contrôler la peur ou l’anxiété qui se manifeste par une surexcitation neuronale.

Ainsi, un dysfonctionnement du système GABAergique peut être à l’origine de nombreux troubles du système nerveux (hyperactivité, anxiété, états dépressifs, troubles du sommeil voire schizophrénie et crises d’épilepsie). Voilà pourquoi, plusieurs molécules pharmacologiques importantes pour la santé humaine ciblent également ces GABA(A).

Le venin pour titiller les GABA(A)

«Des médicaments anti-anxiété comme le diazépam et l'alprazolam (Xanax), un tranquillisant, agissent aussi sur les récepteurs GABA(A) mais provoquent, eux, la relaxation et non des crises d'épilepsie car ils s'y fixent de manière différente», ajoute le Dr Bosmans, qui prévoit désormais d'utiliser le MmTX comme un outil pour mieux comprendre le fonctionnement des récepteurs GABA(A).

Car dans la mesure où de mauvaises fixations sur ces récepteurs peuvent provoquer l'épilepsie, la schizophrénie et des douleurs chroniques, cette équipe de scientifiques internationaux espère, aujourd'hui, que ses prochains travaux apporteront de nouveaux éléments sur ces pathologies et marqueront, pourquoi pas, le pas vers un possible traitement à base de venin de serpent.