Alzheimer: Du vin rouge pour contrer la maladie ?

ETUDE Le resvératrol, contenu dans le vin rouge, serait excellent pour la mémoire des seniors...

20 Minutes avec agence

— 

Un couple de seniors pique-nique sur la plage.

Un couple de seniors pique-nique sur la plage. — PURESTOCK/SIPA

Si l'adage veut que le vin conserve la jeunesse, une étude américaine, publiée dans la revue Scientific Reports, souligne que le resvétatrol aide à la préservation de la mémoire, notamment passé l'âge de 60 ans. 

Le resvératrol, polyphénol antioxydant souvent évoqué pour ses effets potentiels de prévention des maladies cardiaques et du vieillissement, est présent, entre autres, dans les mûres, la grenade, les cacahuètes, le chocolat ou le raisin. Mais il est d'autant plus concentré dans la pellicule des fruits, sa teneur étant, par conséquent, plus forte dans les produits macérés avec la peau.

Egalement bon pour l'humeur

Comme la macération des grains fait partie du processus de vinification, le vin rouge (le pinot noir bien plus que d'autres vins) s'avère donc être une boisson riche en resvératrol. Et, par déduction, une boisson bonne pour la mémoire, selon les experts de l'université du Texas.  

Ainsi, d'après ces chercheurs, les résultats de cette étude marquent le pas dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer, et dans l'amélioration du quotidien des malades. «Cette étude fournit, en effet, de nouvelles preuves que les traitements au resvératrol vers 60 ans peuvent aider à améliorer les fonctions de mémoire et d'humeur en fin de vie», note le professeur Ashok K. Shetty, directeur de l'Institute for Regenerative Medicine de l'université Texas, cité par Le Parisien

>> A lire également: Boire (un peu) de vin rouge allongerait l'espérance de vie

Et si d'autres bienfaits d'ores et déjà connus de l'antioxydant ont également été confirmés par cette nouvelle étude (protection du collagène des rayons U.V et bénéfice pour le cœur et les artères), il reste que consommer avec excès, le vin rouge devient un accélérateur de maladies, comme le cancer.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont étudié le comportement de rats, ayant reçu un traitement à base de resvétarol. Les scientifiques ont constaté que le développement des neurones des animaux concernés avait tout simplement doublé. Ces derniers enregistraient aussi un meilleur afflux sanguin et une inflammation moindre de l'hippocampe, cette partie du cerveau clé pour l'apprentissage, la mémoire et l'humeur.

Mots-clés :