Japon: Une filiale japonaise de Novartis menacée de suspension temporaire d'activité

20 Minutes avec agences

— 

Le siège du groupe pharmaceutique suisse Novartis, le 28 janvier 2009 à Bâle, en Suisse
Le siège du groupe pharmaceutique suisse Novartis, le 28 janvier 2009 à Bâle, en Suisse — Sebastien Bozon AFP

Une filiale japonaise du géant pharmaceutique suisse Novartis pourrait écoper d'une suspension temporaire d'activité. Novartis Pharma n'aurait, en effet, pas rapporté à temps des cas d'effets secondaires graves de traitements contre le cancer.

En décembre dernier, la filiale incriminée avait reconnu avoir négligé de déclarer à temps aux autorités les effets secondaires présentés par 3.264 patients subissant des traitements contre le cancer. Et ce n'était pas la première fois, Novartis Pharma ayant déjà reçu un rappel à l'ordre.

>> A lire également: Italie: Un vaccin contre la grippe de Novartis suspendu après trois morts suspectes

Scandales en série

Du coup, le ministère de la Santé nippon s'orienterait vers une sanction plus sévère: une suspension d'activité d'une quinzaine de jours. Et Novartis ne pourrait plus vendre ses produits pendant cette période. Pour le moment, rien n'est décidé affirme le ministère. Mais s'il s'agissait d'une suspension d'activité, comme l'avancent selon la chaîne de télévision publique NHK et d'autres médias, ce serait une première en raison d'un tel manquement pour un laboratoire pharmaceutique.

Pour rappel, Novartis Pharma est, depuis deux ans, éclaboussée par des scandales en série, parmi lesquels la manipulation des résultats cliniques d'un médicament contre l'hypertension (Diovan ou Valsartan). A la suite de ces affaires, la maison-mère Novartis a choisi, en avril dernier, de remplacer les principaux dirigeants de sa filiale japonaise.