Médicaments: La revue Prescrire épingle les «médicaments ombrelles»

ECONOMIE Les gammes Humex, Advil, Actifed sont notamment pointées du doigt...

20 Minutes avec agences

— 

Photo d'illustration: Un homme soigne son rhume.
Photo d'illustration: Un homme soigne son rhume. — ISOPIX/SIPA

La revue médicale indépendante Prescrire épingle, ce jeudi, les «gammes ombrelles», ces médicaments d'usage courant pour soigner des troubles communs comme le rhume, l'état grippal ou la toux. Des médicaments souvent vendus sous un même nom,  parfois trompeurs et multipliant ainsi les risques de confusion.

«Le problème avec les gammes ombrelles est la difficulté de savoir à quelles substances on a affaire et donc quelles précautions il faut prendre», estime la revue, qui pointe notamment la gamme Humex des laboratoires Urgo (lire ici le point de vue de Prescrire), dont le produit contre le rhume n'indique pas sa composition sur le devant de la boîte ni sur les plaquettes des comprimés. Sur le gril aussi, Nureflex, Vicks, Advil ou Actifed, etc.

>> A lire également: Médicaments: La revue «Prescrire» publie une nouvelle liste noire

«Cet exemple illustre un des risques majeurs des gammes ombrelles: les substances sont mal identifiées par le patient» et ce dernier peut prendre un autre médicament qui contient le même produit actif et ainsi s'exposer sans le savoir à une surdose», poursuit l'équipe médicale de Prescrire, qui conclut: «les patients et soignants ont intérêt à éviter les médicaments des gammes ombrelles et à choisir des médicaments simples clairement étiquetés et correctement conditionnés».

Dans l'attente d'une mise en garde de l'Agence du médicament?

Les gammes ombrelles sont développées essentiellement dans les soins courants d'automédication et font souvent l'objet de publicités directes auprès du grand public. Une gamme ombrelle peut comporter jusqu'à une vingtaine de produits différents contre des troubles courants: rhume, rhume des foins, toux grasse, toux sèche, mal de gorge, état grippal, etc.

Des médicaments aux noms identiques et aux emballages ressemblants peuvent ainsi contenir des substances et des effets indésirables nettement distincts, selon les maux que ceux-ci sont censés traiter... Prescrire espère que l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) mettra bientôt en garde contre ce type de produits.

L'Orphacol distingué par Prescrire

A noter que Prescrire a distingué, dans le même temps, l'Orphacol (ou acide cholique), un médicament français destiné à traiter une maladie rare génétique du foie en lui décernant sa «Pilule d'or», récompense qu'elle n'avait plus attribuée depuis 2007.

L'Orphacol «apporte un progrès majeur dans une maladie le plus souvent mortelle dans l'enfance». «Il permet d'augmenter largement l'espérance de vie, à condition que le traitement soit commencé tôt», précise Prescrire. Utilisé de longue date en France, l'Orphacol avait toutefois connu de nombreuses vicissitudes avant de recevoir en 2013 son autorisation de mise sur le marché européen.