Cancer du col de l'utérus: 40 % des femmes négligent le frottis

ETUDE Plus de 50% des femmes âgées de plus de 55 ans ne se feraient pas dépister tous les trois ans...

20 Minutes avec agences

— 

Un gynécologue et sa patiente (illustration).
Un gynécologue et sa patiente (illustration). — CORDON PRESS/SIPA

Les femmes doivent réaliser un frottis tous les trois ans dès l'âge de 25 ans et ce jusqu'à 65 ans, selon les recommandations des autorités sanitaires. Or actuellement, 40% d'entre elles ne respectent pas cet avis, bien que 3.000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus sont déclarés chaque année en France. 

Considérant ce constat alarmant et sachant que le cancer du col de l'utérus provoque près de 1.000 décès par an en France, l'Institut national du cancer et le ministère de la Santé lancent, à l'occasion de la semaine européenne de prévention et de dépistage du cancer du col de l'utérus (du 24 au 30 janvier), une campagne de sensibilisation afin de changer la donne.

>> A lire également: On meurt moins du cancer et plus tard

«Contre le cancer du col de l'utérus, tous les trois ans, un frottis, vous avez tout compris», tel est le credo de la campagne, et celui que devraient retenir les millions de femmes concernées. Une citation qu'entonnent depuis plusieurs jours déjà les animatrices Sophie Davant et Karine Ferri dans un spot diffusé à la radio. 

 

Eviter l'apparition du cancer

«En France, le cancer du col de l’utérus pourrait quasiment être éliminé grâce au frottis de dépistage et à la vaccination contre le papillomavirus humain (HPV), qui permettent de détecter des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus et ainsi de soigner plus précocement ce cancer, voire d'éviter son apparition», souligne l'Institut national du cancer. Mais nombreuses sont celles qui prennent le frottis à la légère. Au point que plus de la moitié des femmes âgées de plus de 55 ans ne se font pas dépister tous les trois ans.

A noter que, contrairement aux idées reçues, les seniors aussi doivent réaliser un frottis, même en l'absence de rapports sexuels ou de la vaccination contre le virus HPV.