Cancer: Une simple prise de sang pour repérer les patients éligibles à une thérapie ciblée

20 Minutes avec agences

— 

Une équipe médicale niçoise annonce qu'il est possible de détecter, dans une population de patients à risques, un cancer du poumon grâce à une simple prise de sang
Une équipe médicale niçoise annonce qu'il est possible de détecter, dans une population de patients à risques, un cancer du poumon grâce à une simple prise de sang — Joël Robine AFP

Une simple prise de sang pourrait être aussi efficace qu'une biopsie pour identifier les patients susceptibles de bénéficier de traitements ciblés contre différents cancers. C'est ce que révèlent les résultats préliminaires d'un essai clinique rendus public, ce mardi, par l'Institut Curie.

Alors que la recherche des anomalies moléculaires s'effectue principalement à partir de prélèvements sur les tumeurs, une étude portant sur 34 patients, atteints de 18 types différents de cancers, a permis de démontrer la fiabilité d'une technique peu invasive et moins douloureuse pour les patients : l'analyse de l'ADN tumoral circulant à partir d'une simple prise de sang. Cette nouvelle technique a permis de détecter 28 des 29 anomalies trouvées dans les biopsies, voire même une anomalie non détectée par la biopsie chez 27 patients. Chez les sept autres patients, la recherche des anomalies a été rendue possible par la prise de sang alors qu'elle n'avait pas pu être effectuée dans les biopsies.

Une première

«Cette étude est la première à montrer la faisabilité de la recherche de plusieurs anomalies moléculaires éligibles pour une thérapie ciblée dans l'ADN tumoral circulant par des techniques utilisées en routine chez des patients métastatiques et atteints de différents types de cancers», souligne le Professeur Jean-Yves Pierga, chef du département d'oncologie médicale à l'Institut Curie. 

>> A lire également: Un dépistage précoce du cancer du poumon par une simple prise de sang

Pour rappel, les thérapies ciblées visent à traiter les malades du cancer non plus en fonction de l'organe touché mais en fonction d'anomalies génétiques retrouvées dans leur tumeur. Ces anomalies peuvent se retrouver dans différents types de tumeurs. C'est notamment le cas d'une altération du gène ALK qu'on retrouve dans le cancer du poumon, mais également dans certains cancers colorectaux, du sein, du rein, de la thyroïde, etc.