Ebola: Premiers essais sur l'homme d'un nouveau vaccin

EPIDEMIE ​Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson a lancé ses premiers essais sur l'homme de son potentiel vaccin contre Ebola...

20 Minutes avec agences

— 

Un médecin dans une unité de traitement pour personnes souffrant d'Ebola à Monrovia, le 19 décembre 2014
Un médecin dans une unité de traitement pour personnes souffrant d'Ebola à Monrovia, le 19 décembre 2014 — Evan Schneider UN

«Les premiers volontaires ont reçu leur dose vaccinale initiale». C'est en ces termes, lapidaires, que le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson a indiqué avoir lancé sa campagne de tests de son potentiel vaccin contre Ebola. 

Après la Russie, le Canada, ou le Mali, c'est donc les Etats-Unis qui prennent part à la course contre la fièvre hémorragique qui a déjà fait plus de 8.100 morts en Afrique, en menant des premiers essais de vaccin sur l'homme. Ces études de phase I (le premier des trois stades que doit franchir un candidat-vaccin avant sa commercialisation) sont, menées par le Oxford Vaccine Group de l'université britannique d'Oxford.

>> A voir ici: VIDEO. Ebola: En Suisse, 120 volontaires testent des produits aux effets inconnus

Une cohorte de 72 volontaires

Le groupe américain, qui est l'un des plus avancé dans la lutte contre Ebola, avait annoncé fin octobre avoir dégagé jusqu'à 200 millions de dollars pour accélérer la production d'un vaccin.

Les études de phase I, menées sur un nombre très réduit de personnes (dans ce cas précis, 72 volontaires), servent essentiellement à vérifier qu'un vaccin est sûr et bien toléré. Mais J&J n'entend pas en rester là et compte aller vite puisqu'il espère engager des études sur de larges cohortes de patients dès avril.

Vers 5 millions de doses en moins de 18 mois

Le groupe a d'ailleurs déjà produit plus de 400.000 doses de vaccin et compte en fabriquer au total 2 millions d'ici la fin de l'année, ce qui traduit une accélération du calendrier annoncé en octobre.

Si nécessaire, J&J se dit en mesure de porter sa production jusqu'à 5 millions de doses dans un délai de 12 à 18 mois.