Lire sur une tablette avant le coucher perturberait la qualité du sommeil

ETUDE Une nouvelle étude confirme que la lumière bleue de nos écrans serait nuisible à la qualité de notre sommeil...

20 Minutes avec agences

— 

L'éditeur américain de logiciels informatiques Microsoft va investir 300 millions de dollars dans la nouvelle société qu'entend mettre sur pied le libraire Barns & Noble pour regrouper ses activités numériques, et notamment sa liseuse Nook.
L'éditeur américain de logiciels informatiques Microsoft va investir 300 millions de dollars dans la nouvelle société qu'entend mettre sur pied le libraire Barns & Noble pour regrouper ses activités numériques, et notamment sa liseuse Nook. — Spencer Platt afp.com

Pour bien s'endormir, mieux vaut lire un livre imprimé qu'un roman téléchargé sur tablette (ou smartphone, ou liseuse). C'est ce qui ressort d'une étude américaine publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences et portant sur les perturbations du sommeil liées à la lumière bleue des écrans.

Les chercheurs du Brigham and Women's Hospital de Boston ont ainsi comparé les effets biologiques des deux styles de lecture au coucher. Pendant deux semaines, douze participants ont lu pendant quatre heures avant d'aller au lit, sur des périodes de cinq jours consécutifs, des livres électroniques sur iPad et des livres imprimés.

Les rythmes circadiens naturels du corps sont interrompus

Les résultats sont sans équivoque: «Ceux qui lisaient un livre électronique mettaient plus de temps à s'endormir, avaient moins sommeil le soir, et leur sécrétion de mélatonine (qui conduit au sommeil) était réduite», constate Anne-Marie Chang, auteure de l'étude et chercheuse en science du sommeil de l'hôpital de Boston. «Les rythmes circadiens naturels du corps sont, en effet, interrompus par la lumière à ondes courtes, connue sous le nom de lumière bleue, et qui provient de ces outils électroniques».

De précédentes recherches avaient déjà montré l'effet de la lumière bleue sur la sécrétion de mélatonine mais n'avaient pas étudié ses effets sur le sommeil en lui-même. Alors qu'en mai 2011, des chercheurs suisses avaient également constaté une perturbation des cycles biologiques à la suite d’expositions à des écrans LED d’ordinateurs le soir.