Pesticides: Un usage à la hausse en agriculture

SOCIETE L'utilisation de pesticides agricoles en France s'est accrue de 9,2% en 2013, témoignant de la difficulté à inverser de vieilles pratiques...

20 Minutes avec agences

— 

Epandage de pesticides dans un champ
Epandage de pesticides dans un champ — Denis Charlet AFP

Un rapport parlementaire d'évaluation baptisé Pesticides et agroécologie: les champs du possible, présenté, ce mardi, au Premier ministre, conclut à l'échec du Plan Ecophyto de réduction de l'usage des pesticides. «Six ans après son démarrage, le plan n'a pas eu les résultats espérés», conclut la mission pilotée par le député socialiste de Meurthe-et-Moselle, Dominique Potier, à la demande de Manuel Valls.

Adopté dans le cadre du Grenelle de l'Environnement et lancé en 2008, le Plan Ecophyto visait à diviser par deux, «si possible», l'usage des produits phytosanitaires aussi bien en zone agricole qu'en ville et dans les jardins. Or un bilan 2013 publié, ce lundi, par le ministère de l'Agriculture a montré un usage en hausse de plus de 9% pour l'année, en raison des conditions climatiques..

Réorientation du plan

«Pendant ses six premières années, le Plan a créé les conditions nécessaires mais non suffisantes pour atteindre ses objectifs. La dynamique collective n'a pas encore diffusé au-delà des réseaux de praticiens pionniers alors même que des succès probants commencent à être enregistrés», observe la mission.

Et de «un effort considérable» de recherche et d'innovation pour renverser la tendance mais aussi une réorientation du plan en vue d'une meilleure cohérence avec les autres politiques publiques, afin de créer «un cadre socio-économique propice à des systèmes de production beaucoup plus autonomes vis-à-vis des intrants».

«Une excessive dépendance aux pesticides»

La mission confirme «la nécessité pour notre agriculture de sortir de l'impasse d'une excessive dépendance aux pesticides» pour éviter une perte de compétitivité future. Car si en 2012, le recours aux produits chimiques en agriculture avait baissé de 6% (pour la première fois depuis la mise en place de l'indicateur de mesures), entre 2009 et 2013, l'emploi de produits d'agrochimie augmente de 5% en moyenne.

Reste que le plan Ecophyto a, tout de même, permis de «faire le grand ménage dans les molécules les plus dangereuses» et de «mettre en place un réseau de 2.000 fermes pilote baptisé Dephy dans le développement de pratiques et de programmes de recherche», souligne Patrick Dehaumont, directeur général de l'Alimentation. Et là, le nombre de traitements moyen depuis l'entrée des fermes dans le réseau a diminué en 2013 de 12% pour les grandes cultures et la polyculture-élevage et de 11% pour l'arboriculture.