Pourquoi les médecins s'opposent au tiers payant généralisé

Santé Le tiers payant généralisé, présenté comme «la mesure la plus emblématique» de la loi de santé, fait l’unanimité contre elle...

Jean-luc Mounier

— 

Illustration d'une consultation chez un médecin généraliste en Essonne, le 9 septembre 2011. Carte vitale
Illustration d'une consultation chez un médecin généraliste en Essonne, le 9 septembre 2011. Carte vitale — V. WARTNER / 20 MINUTES

Le tiers payant généralisé verra-t-il le jour? Alors que le projet de loi dans lequel figure cette mesure doit être présenté au Parlement en avril prochain, les médecins généralistes et libéraux commencent une grève à partir de demain jusqu'au 31 décembre pour protester contre la loi de santé. Fait notable, ils sont soutenus par les deux tiers des Français.

Les médecins contre un tiers-payant généralisé «obligatoire»

C'est un point de désaccord majeur entre le gouvernement et les médecins. Ces derniers ne sont «pas opposés au principe» du tiers payant généralisé, comme l'explique à 20 Minutes le docteur et président du syndicat des Médecins généralistes Claude Leicher: «Nous sommes opposés à son caractère obligatoire». Les médecins redoutent en effet une «mauvaise organisation» du tiers payant généralisé.

Sur une consultation à 23 euros, un Français qui irait chez son médecin paierait la part complémentaire de 6,90 euros, les 16,10 euros restants étant pris en charge par la Sécurité sociale. «Cela permet de limiter l'avance des frais du patient, mais pense-t-on au médecin dans tout ça? Ce sera à lui de vérifier, pour chaque consultation, qu'il est bien payé par la Sécurité sociale», redoutent aussi les internes en médecine.

«Une lourdeur administrative»

Le tiers payant généralisé pourrait amener une surcharge de travail conséquente pour les médecins au quotidien. «Il faudrait un système beaucoup plus simple, nous n'avons pas le temps de faire toutes les démarches [liées au tiers payant généralisé]. Pour un généraliste qui fait en moyenne 5.000 actes médicaux par an, cela représente 10.000 factures à vérifier, autant dire une lourdeur administrative », précise le Dr Leicher.

Le parcours du remboursement des consultations pour les médecins pourrait aussi se compliquer. Le médecin serait alors plus en lien avec la Sécurité sociale qu'avec le patient, ce que semblait déjà déplorer un médecin qui a témoigné dans le cadre d'une enquête de Fédération des médecins de France (FMF) en octobre 2013: «[Le tiers payant généralisé] c'est trop d'erreurs à notre détriment, trop de travail pour récupérer les impayés».

Un coût supplémentaire pour les médecins

En plus d'un temps de travail supplémentaire, les médecins voient dans le tiers payant généralisé obligatoire un coût supplémentaire que devraient supporter les professionnels de santé. «Sur une consultation à 23 euros, le coût de gestion [couverture des sommes dues aux médecins] du tiers payant peut représenter de 1,5 à 4 euros, ce qui peut être rentable pour les pharmaciens mais pas pour les médecins», explique le Dr Claude Bronner, président d'Union généraliste au sein de la Fédération des médecins de France.

La ministre de la Santé Marisol Touraine souhaite que le tiers payant généralisé entre en application dès 2017. Dans un entretien au journal Le Parisien, la ministre de la Santé Marisol Touraine s'est déclarée lundi «fermement attachée à la généralisation du tiers payant» car «c'est la colonne vertébrale de la loi (de santé)».