L'obésité peut être reconnue comme comme un «handicap» au travail

EMPLOI Selon la justice européenne, les obèses peuvent, dans certains cas, être protégés en tant que «handicapés» au travail...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration obésité.
Illustration obésité. — Ali al-Saadi afp.com

La maladie s'est transformée en épidémie. Le surpoids sévère concerne désormais 2,1 milliards de personnes dans le monde, soit près de 30% de la population. C'est donc un grand pas qui vient d'être franchi pour les travailleurs souffrants de ce que les médecins eux-mêmes considèrent comme un fléau. Car l'obésité peut, dans certains cas, être considérée comme un «handicap» si elle rend difficile la vie professionnelle. 

Telle est la décision de Cour de justice de l'Union européenne qui avait été saisie par la justice danoise sur le cas de Karsten Kaltoft. Cet assistant maternel estimait avoir été licencié parce qu'il était obèse. Lui qui pesait plus de 160 kilos et avait un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 54 (obésité morbide).

Jouer sur les mots

Kaltoft avait alors saisi la justice pour obtenir des dommages et intérêts de la municipalité qui l'employait, considérant qu'il avait été victime d'une discrimination illégale fondée sur son obésité. C'est donc la notion même d'obésité, les discriminations qui peuvent en découler et son classement dans la liste des «handicaps au travail» qui ont été débattus devant la justice européenne.

Et la Cour de combler un vide juridique en soulignant alors que si le droit européen ne comporte pas une interdiction des discriminations dans le domaine de l'emploi et du travail fondée sur l'obésité en tant que telle, il interdit par contre les discriminations fondées sur le handicap.

Comparaison avec les autres travailleurs

«L'obésité peut relever de la notion de handicap. A condition que dans des circonstances données, l'état d'obésité du travailleur entraîne une limitation qui peut faire obstacle à la pleine et effective participation de cette personne à la vie professionnelle sur la base de l'égalité avec les autres travailleurs et si cette limitation est de longue durée», a tranché la Cour, ce jeudi.

Il s'agit par exemple d'«une mobilité réduite due à l'obésité, au surpoids sévère, ou la survenance de pathologies l'empêchant d'accomplir son travail ou entraînant une gêne dans l'exercice de l'activité professionnelle». Reste que la juridiction du pays devra se prononcer sur le cas Kaltoft pour déterminer si l'obésité du plaignant relève de cette définition de «handicap».