De l'aspirine après 65 ans pour réduire les risques d'AVC et de cancer

Etude Selon une étude néerlandaise, l'aspirine prise régulièrement serait bénéfique aux femmes de plus de 65 ans, car il diminuerait le risque d'infractus , d'AVC et de cancer...

20 Minutes avec agence
— 
Aspirine
Aspirine — AFP

Prendre de l'aspirine de manière régulière diminuerait le risque d'infarctus, d'AVC et de cancer chez les femmes de 65 ans et plus. C'est la conclusion d'une étude néerlandaise publiée dans la revue scientifique Heart, et vient confirmer une étude plus ancienne parue, en 2010, dans la revue médicale britannique The Lancet.

Menée sur 30.000 femmes d'au moins 45 ans en bonne santé physique, l'étude a donné quotidiennement à deux groupes de participantes soit 100 mg d'aspirine, soit un placebo. Leur risque d'attaque cardiaque, d'AVC et de cancer a, ensuite, été évalué durant les essais cliniques qui ont duré 10 ans. Sachant que les sept années qui ont suivi, c'est près de 4.401 femmes (soit 15% de l'échantillon de départ) qui ont été affectées par ces maladies.

Risque d'AVC et cancer de l'intestin

Comparé au placebo, le traitement à l'aspirine s'est révélé bénéfique sur le risque cardiaque, le risque d'AVC et de cancer de l'intestin, chez les femmes âgées de 65 ans et plus. Les auteurs de l'étude insistent sur le fait que la décision finale de prescription repose sur les facteurs de risque personnels et de l'évaluation individuelle de la balance bénéfices/risques.

Soixante-cinq ans serait donc, selon les chercheurs, l' «âge charnière», où il devient plus bénéfique de prendre de l'aspirine que de ne pas en prendre, alors que c'est totalement l'inverse avant cette limite d'âge. Car avant 65 ans, il est recommandé de ne pas en abuser.