Ebola: Des soignants récupèrent en thalasso

Santé Une équipe de la Croix-Rouge de retour de mission est arrivée, lundi, au centre de thalassothérapie de Ouistreham, en Normandie...

20 Minutes avec agence

— 

Des volontaires de la Croix-Rouge s'entraînent avant de partir en Guinée soigner les victimes d'Ebola
Des volontaires de la Croix-Rouge s'entraînent avant de partir en Guinée soigner les victimes d'Ebola — Patrick Kovarik AFP

C'est Ouest-France qui révèle l'information. Une équipe composée d'une vingtaine de médecins et soignants de la Croix-Rouge est arrivée, ce lundi, au centre de thalasso de Ouistreham, en Normandie.

Selon le quotidien, les soignants, intervenus en Guinée équatoriale auprès des malades atteints du virus Ebola, terminent leur période de «quarantaine» en Normandie, et cela, afin de s'assurer qu'ils n'ont pas été contaminés par le virus Ebola. Ainsi, suivis par un médecin et un psychologue, les membres de la Croix-Rouge doivent prendre leur température plusieurs fois par jour. 

Un placement qui devait rester confidentiel

La décision de placement, qui devait rester confidentielle, émanerait du ministère de la Santé. «La présence de cette équipe ne présente aucun danger pour la population. Les personnes de retour des régions frappées par l'épidémie d'Ebola ne sont jamais placées en quarantaine. Elles doivent simplement demeurer vigilantes durant trois semaines», a précisé France 3 Normandie, confirmant les propos du quotidien.

Il n'est donc pas là question de «quarantaine» mais d'un repos bien mérité après des semaines passées en Guinée équatoriale, sévèrement touchée par l'épidémie. En effet selon l'Agence régionale de santé de Basse-Normandie, citée par Ouest-France, «il s'agit d'une simple mise au repos et de récupération organisée par la Croix-Rouge pour des professionnels ayant travaillé en Guinée auprès des populations après plusieurs semaines difficiles». 

Départ ce mercredi

Christophe Moreau, responsable à la Croix-Rouge, se veut rassurant et déclare qu'aucun des soignants, actuellement en repos sur la Côte de Nacre, n'a contracté le virus. L'équipe devrait d'ailleurs quitter le centre du Calvados, ce mercredi 10 décembre. 

Pour rappel, tout retour en France après être allé dans l’un des pays touchés par le virus Ebola entraîne un suivi médical pendent 21 jours. Si une poussée de fièvre intervient durant ce laps de temps, alors une infection du virus est possible. Et n'est qu'à ce moment-là que le patient devient contagieux.