Infections sexuelles transmissibles: La circoncision comme moyen de prévention

Etude Un organisme américain estime que l'ablation du prépuce réduirait les risques d'infection...

20 Minutes avec agence

— 

Plusieurs centaines de manifestants en majorité juifs mais aussi musulmans et chrétiens se sont rassemblés dimanche à Berlin pour protester contre une décision judiciaire rendant le rite religieux de la circoncision passible de poursuites pénales.
Plusieurs centaines de manifestants en majorité juifs mais aussi musulmans et chrétiens se sont rassemblés dimanche à Berlin pour protester contre une décision judiciaire rendant le rite religieux de la circoncision passible de poursuites pénales. — Florian Schuh afp.com

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC) viennent de sortir une nouvelle recommandation qui confirmerait, à nouveau, le rôle de la circoncision dans la prévention des infections sexuellement transmissibles (IST).

Celle-ci réduirait, en effet, de 50 à 60% le risque de contracter le Sida chez les hommes, et de 30% celui de contracter un herpès ou certaines souches du papillomavirus, deux facteurs soupçonnés d'entraîner le cancer du pénis. «Les preuves scientifiques établissement clairement que les bénéfices dépassent les risques», a ainsi déclaré à l'Associated Press le Dr Jonathan Mermin, directeur du centre américain du VIH, des hépatites virales, des infections sexuellement transmissibles et de la prévention de la tuberculose.

Des résultats mesurés

La circoncision masculine ne doit pas pour autant être considérée comme une solution miracle, rappellent les CDC. Les bénéfices évoqués ne concernent que la prévention du VIH et de certaines IST lors d'un rapport vaginal. Aucune preuve n'a en revanche été apportée au sujet des rapports oraux et anaux.

Si les Etats-Unis encouragent de plus en plus les parents à faire circoncire leurs garçons, la pratique conserve une dimension avant tout religieuse en Europe. En France, seule la circoncision en cas de phimosis (qui rend impossible la rétractation du prépuce, et empêche l'érection) est d'ailleurs considérée comme un acte chirurgical remboursé par la Sécurité sociale.