Diabète: Quatre millions de malades en France

Bilan A l'occasion de la Journée mondiale du diabète, ce 14 novembre, bilan de la montée inexorable de cette maladie qui toucherait quatre millions de Français...

20 Minutes avec agences

— 

La progression du diabète, qui touche plus de 300 millions de personnes dans le monde et près de 4 millions en France.
La progression du diabète, qui touche plus de 300 millions de personnes dans le monde et près de 4 millions en France. — Noah Seelam AFP/Archives

«Le diabète continue inlassablement sa progression. Le cap des trois millions de personnes traitées par médicament pour un diabète est désormais franchi en France», lâche le patron de la Fédération française des diabétiques (FFD), Gérard Raymond. A ce chiffre, il faut ajouter 500.000 à 700.000 personnes qui ignorent qu'ils sont diabétiques, soit un total de près de quatre millions de malades.

Alors que ce 14 novembre sera la Journée mondiale du diabète, la FFD souhaite que le combat contre la maladie obtienne le label «grande cause nationale» pour assurer une plus grande visibilité à ce trouble de l'assimilation, de l'utilisation ou du stockage des sucres de l'alimentation, causé par des facteurs multiples liés à la génétique, au mode de vie, à l'alimentation ou au vieillissement.

«Epidémie silencieuse»

«Le diabète, annoncé comme l'épidémie silencieuse du 21e siècle, est en train d'échapper à notre contrôle, ajoute Gérard Raymond. Il est temps de se poser les bonnes questions pour reprendre la main sur cette pathologie et adapter la prise en charge existante à ses évolutions».

Les dernières études confirment la montée constante des chiffres du diabète en France: le nombre des personnes traitées pour un diabète a progressé à un rythme annuel situé entre 2,5 et 5% depuis 2006.

Des taux plus élevés en Outre-mer

Toutes les régions françaises ne sont pas à égalité face au diabète: les départements d'Outre-mer (DOM) affichent les taux les plus élevés en raison de facteurs génétiques prédisposant à la maladie, «d'un plus grand nombre de personnes obèses et aussi d'une plus grande pauvreté», explique Laurence Mandereau-Bruno, chercheuse à l'InVS.

Le diabète sévit préférentiellement là où le niveau de vie est plus faible et la précarité plus élevée. En métropole, ce sont «les zones géographiques socialement plus défavorisées» comme le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie ou la Seine-Saint-Denis qui affichent qui sont les plus touchées.

>> A lire aussi Pas facile de se soigner quand on est pauvre

Le diabète est la première cause de cécité et d'amputation et est lié à 35.000 décès par an en France. La Sécurité sociale y consacrait 15 milliards d'euros en 2013, contre 12,5 milliards en 2007.