La potentialité de développer un cancer de la prostate serait plus élevée chez les cultivateurs de tournesol ou de pommes de terre.
La potentialité de développer un cancer de la prostate serait plus élevée chez les cultivateurs de tournesol ou de pommes de terre. — Denis Charlet AFP

Etude

Pesticides: Les agriculteurs risquent des cancers différents selon leur activité

Les risques de cancers des agriculteurs varient en fonction du secteur dans lequel ils exercent, ce qui pourrait être lié aux pesticides...

Selon des résultats de la récente enquête Agrican sur la santé en milieu agricole, les agriculteurs risquent des types de cancers différents selon leur secteur d'activité. Des risques liés à l'utilisation des pesticides.

La potentialité de développer un cancer du poumon est ainsi deux fois plus élevée chez les agriculteurs spécialisés dans la culture des pois fourragers, ainsi que dans la taille des arbres fruitiers ou la culture des légumes, a expliqué le chercheur Pierre Lebailly, coordinateur de l'étude Agrican, lors d'un colloque sur l'exposition professionnelle aux pesticides, organisé mardi et mercredi à Paris par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

>> A lire également: L'étude Agrican sur la santé des agriculteurs fait polémique

Bovins, tournesol et prostate

En revanche, les éleveurs de bétail ou de chevaux pendant plus de 20 ans voient leur risque de cancer du poumon réduit. Pour le cancer de la prostate, ce sont les producteurs de bovin et les agriculteurs spécialisés dans le tournesol, le tabac, les fruits et les pommes de terre qui sont les plus exposés.

La prochaine étape de l'étude sera d'étudier les effets de pesticides spécifiques, pour tenter d'établir un lien plus direct entre cancers et utilisation de produits chimiques.

L'enquête Agrican porte depuis 2005 sur plus de 180.000 affiliés de la Mutualité sociale agricole (MSA). Elle vise à étudier l'impact de l'exposition des agriculteurs à des risques particuliers (pesticides, ultraviolets, virus animaux...), et notamment leurs risques de cancer. Ses premières conclusions, dévoilées en 2011, montraient toutefois que les agriculteurs avaient une plus grande espérance de vie que la population générale.

>> Et aussi: L'eau du robinet de bonne qualité en France, mais des disparités persistent