Ebola: Une infirmière hospitalisée pour une «fièvre suspecte» à l'hôpital Bégin

JUSTICE L'infirmière a soigné l'humanitaire hospitalisée dans cet établissement militaire du Val-de-Marne...

O. G.

— 

L'entrée de l'hôpital militaire Bégin à Saint-Mandé, près de Paris, le 4 septembre 2014
L'entrée de l'hôpital militaire Bégin à Saint-Mandé, près de Paris, le 4 septembre 2014 — Thomas Samson AFP

Une infirmière de l'hôpital Bégin de Saint-Mandé (Val-de-Marne) a été hospitalisée ce jeudi midi car elle est susceptible d'avoir contracté le virus Ebola en soignant l'humanitaire atteinte par le virus. Cette professionnelle s'était occupée de Lucie, l'humanitaire de Médecins sans frontières, contaminée au Liberia, rapatriée en France mi-septembre et déclarée guérie.

Souffrant d'une importante fièvre, elle a été emmenée au service maladies infectieuses de l’hôpital Bégin sous escorte ultra-sécurisée et  est depuis confinée. Selon BFMTV, les analyses qui pourront confirmer ou infirmer l'infection, n'ont pas encore été effectuées.

L'infirmière est domiciliée à Puteaux (Hauts-de-Seine), dans une résidence réservée au personnel militaire, a indiqué un voisin sous couvert d'anonymat. Les pompiers ont été alertés vers 11h et sont intervenus pendant deux heures dans le quartier, qui a été temporairement bouclé par la police, a-t-il ajouté.

Neuf véhicules et 24 sapeurs-pompiers, tous revêtus d'une combinaison étanche ont été mobilisés pour transporter l'infirmière à l'hôpital, ont précisé à l'AFP les pompiers de Paris. Une tente a également été dressée.

70 personnes suivis à Bégin

Selon nos informations, la totalité du personnel soignant qui a été en contact de près ou de loin avec l'humanitaire contaminée, environ 70 personnes, est suivie à l'hôpital Bégin.

L'hôpital Bégin fait partie des établissements préparés pour faire face à la maladie particulièrement contagieuse. «L'hôpital Bégin est équipé de deux chambres à pression négative, susceptibles d'accueillir des patients atteints du virus Ebola», a indiqué le médecin-chef des armées, Chantal Roche.