Grippe: Cinq choses à savoir avant de vous faire vacciner

SANTE La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière est lancée ce jeudi...

N.Beu.

— 

Une personne se fait vacciner contre la grippe le 11 octobre 2013, à Lille.
Une personne se fait vacciner contre la grippe le 11 octobre 2013, à Lille. — DENIS CHARLET / AFP

Le système français est grippé. Alors que la grippe saisonnière fait en moyenne 9.000 morts chaque hiver parmi les seules personnes âgées de 65 ans et plus, le taux de vaccination, lui, n’en finit plus de chuter. Pour inciter les Français à se protéger, l’Etat a donc lancé une nouvelle campagne de vaccination à destination des dix millions de personnes à risque. Qu’y a-t-il à savoir avant de se faire vacciner? Petite piqûre de rappel.

Le vaccin est plutôt efficace

Certes, il n’assure pas une protection à 100% et son efficacité décroît chez les personnes âgées. Mais la vaccination «réduit néanmoins les risques de complications et de formes graves», indique le ministère de la Santé. Les épidémiologistes ont estimé qu’elle éviterait déjà, malgré une couverture vaccinale très imparfaite, 2.000 décès chez les personnes âgées de 65 ans et plus. L’efficacité du vaccin avoisine en général 70-75%, mais peut varier d’une année à l’autre. A l’hiver 2013, un problème dans le processus de préparation avait altéré son efficacité, ramenée à 50%.

Le vaccin n’agit pas immédiatement

Il faut compter environ quinze jours entre la vaccination et le moment où l’organisme est protégé contre la grippe. «Inutile donc d’attendre les premiers froids ou le début de l’épidémie», avertissent conjointement le ministère et l’Assurance maladie. L’efficacité du vaccin est par ailleurs limitée dans le temps. Pour les personnes âgées de 65 ans et plus, l’immunité ne dure qu’entre six et huit mois, d’où la nécessité de se faire vacciner chaque année.

Le vaccin peut avoir des effets secondaires très limités

Rien de grave. Si 80% des Français estiment que le vaccin contre la grippe peut être mal toléré, il convient de ne pas surestimer ce risque. Des effets indésirables bénins (fièvre, douleurs articulaires ou musculaires…) peuvent survenir, mais ils concernent seulement 5 à 10% des sujets vaccinés. Et surtout, ils disparaissent sans traitement.

Le vaccin est remboursé partiellement ou totalement

L’Assurance maladie prend en charge le vaccin à 100% pour les personnes âgées de 65 ans et plus, les femmes enceintes, les personnes atteintes de certaines affections de longue durée, les personnes obèses ou encore celles atteintes d’un asthme ou d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Pour les autres, qui n’ont pas reçu un courrier de l’Assurance maladie, le remboursement se fait au taux habituel. La complémentaire santé peut aussi prendre en charge une partie des frais. Le vaccin coûte entre six et sept euros.

La vaccination des uns ne remplace pas celle des autres

«D’origine virale, la grippe saisonnière est une infection respiratoire aiguë qui se répand très rapidement dans la population», rappellent le ministère de la Santé et l’Assurance maladie. C’est pourquoi ils recommandent la vaccination à l’entourage et aux professionnels de santé au contact des personnes à risques. «Se vacciner, c’est aussi protéger les autres», rappellent-ils. Le remboursement est d’ailleurs total pour les personnels de santé ainsi que l’entourage familial de nourrissons de moins de six mois présentant des facteurs de risque de grippe grave.