La première malade française d'Ebola reçoit «des traitements expérimentaux» près de Paris

EBOLA Un avion médicalisé ramenant la patiente d'Afrique de l'Ouest a atterri vers 1h30 à l'aéroport militaire de Villacoublay...

20 Minutes avec AFP

— 

(FILES) A September 4, 2014 file photo shows a military nurse wearing Personal Protective Equipment (PPE) showing off the equipment at the Infectious and Tropical Diseases center of the Begin Military Hospital of Vincennes, near Paris. A Medecins Sans Frontieres volunteer contaminated with Ebola virus while in Liberia, was hospitalized upon his return to France at the Begin military hospital, the military hospital said.  AFP PHOTO / THOMAS SAMSON
(FILES) A September 4, 2014 file photo shows a military nurse wearing Personal Protective Equipment (PPE) showing off the equipment at the Infectious and Tropical Diseases center of the Begin Military Hospital of Vincennes, near Paris. A Medecins Sans Frontieres volunteer contaminated with Ebola virus while in Liberia, was hospitalized upon his return to France at the Begin military hospital, the military hospital said. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON — AFP

Premier malade d'Ebola accueilli sur le sol français, une volontaire de Médecins sans frontières (MSF) contaminée au Liberia par le virus a été rapatriée dans la nuit de jeudi à vendredi et hospitalisée près de Paris, scénario auquel se préparent les autorités depuis des semaines.

Un avion médicalisé ramenant la patiente d'Afrique de l'Ouest a atterri vers 1h30 à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de la capitale. Une ambulance escortée de quatre motards et plusieurs véhicules a quitté la base peu après et pris la direction de l'hôpital militaire Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), où elle est arrivée environ une demi-heure plus tard. La ministre de la Santé, Marisol Touraine a annoncé ce vendredi  sur RTL que la malade recevait «des traitements expérimentaux». La ministre a ajouté qu'elle avait autorisé l'importation de ces «traitements expérimentaux» pour soigner cette femme, arrivée dans la nuit en provenance du Liberia.

Elle se trouvait au Liberia depuis «plusieurs semaines»

Cet hôpital est équipé spécifiquement «de deux chambres à pression négative», précaution destinée à éviter toute échappée d'agents contaminants à l'extérieur. Cette femme, qui a contracté la maladie à Monrovia où elle était en mission, est le premier cas connu de contamination parmi les Français présents dans les zones touchées en Afrique. «Elle sera hospitalisée dans les meilleures conditions», a assuré jeudi après-midi le président François Hollande lors de sa conférence de presse de rentrée, rendant hommage au «travail remarquable» de MSF.

Cette femme, dont la fonction n'a pas été précisée, fait partie du personnel médical de l'ONG et se trouvait au Liberia depuis «plusieurs semaines», a dit Bertrand Draguez, directeur médical de l'ONG, lors d'une conférence de presse à Paris jeudi à la mi-journée. Son rapatriement n'est pas intervenu plus tôt parce que faute d'avion médicalisé à disposition dans la région, l'ONG a dû faire appel à un appareil d'une compagnie privée américaine, qui a décollé dans la journée des Etats-Unis, a expliqué l'organisation.

MSF n'a donné aucune précision sur l'identité de la patiente, soucieuse de protéger son «intimité». Mais il s'agit bien de «la première collègue occidentale» de l'ONG à être affectée, avait confirmé la veille Mego Terzian, président de MSF France, rappelant que plusieurs membres africains de l'ONG avaient déjà été touchés. Cette femme avait été placée mardi dans un centre d'isolement de l'organisation au Liberia, «dès l'apparition des premiers symptômes». Les tests de laboratoire ont confirmé une infection au virus Ebola, contre lequel il n'existe pour l'instant aucun traitement, ni vaccin homologué.