Peste, choléra, syphilis… Ces épidémies que l’on croyait disparues

SANTE La peste bubonique réapparait en Chine et ce n’est pas la seule épidémie à renaître de ses cendres…

Audrey Chauvet

— 

Photographie de la bactérie de la peste bubonique, diffusée par le  Centers For Disease Control (CDC) américain, le 15 janvier 2003.
Photographie de la bactérie de la peste bubonique, diffusée par le  Centers For Disease Control (CDC) américain, le 15 janvier 2003. — AFP PHOTO / CDC

On les croyait réservées aux livres d’histoire, mais elles font encore des ravages dans le monde: la peste, le choléra, la tuberculose ou la syphilis n’ont pas dit leur dernier mot. La semaine dernière, une ville chinoise a été mise en quarantaine après le décès d’un homme contaminé par la peste bubonique.

A Madagascar, les épidémies de peste pulmonaire se succèdent. Plus près de nous, la tuberculose frappe près de 7.000 personnes en France chaque année et la syphilis connaît une résurgence inquiétante.

La peste n’a jamais été éradiquée

Pour le docteur Elisabeth Carniel, chef de l’unité de recherche yersinia (la bactérie responsable de la peste) à l’Institut Pasteur, il faut se garder d’enterrer trop vite ces maladies du passé: «La peste n’a jamais été éradiquée et il existe encore de nombreux foyers, en Asie, à Madagascar, en Afrique du Nord et même aux Etats-Unis

Si l’Europe, décimée au XIVe siècle par la peste noire, est aujourd’hui préservée du retour de cette maladie, la peste est considérée comme une maladie «réémergente» dans le monde. «Les réservoirs naturels de la peste sont les populations de rongeurs, où elle peut perdurer pendant très longtemps, explique Elisabeth Carniel. S’il n’y a pas de contact avec l’homme, on croit que la maladie a disparu et on a tendance à relâcher la surveillance. Le réchauffement climatique pourrait aussi favoriser  la pullulation de rongeurs et donc le risque de contacts avec l’homme.»

Des systèmes de surveillance améliorés

Pas de panique toutefois, la peste qui frappe régulièrement Madagascar ou la Chine a peu de risques d’être importée en France: «La Chine est un immense territoire de peste mais elle a maintenu un système de surveillance efficace, assure le docteur Carniel. En France, le centre national de référence pour la peste est alerté pour toute suspicion de cas importé.» La même vigilance est de mise pour la fièvre Ebola, qui frappe actuellement l’Afrique de l’ouest: si la virulence des symptômes rend  la détection des malades assez facile, les services de santé des aéroports français et les hôpitaux restent en alerte pour éviter toute propagation du virus en Europe.

C’est souvent plus près de nous que résident les véritables dangers: en Seine-Saint-Denis, la tuberculose a fait un retour en force ces dernières années. Touchant les sans-domiciles fixes, les populations précaires et les immigrants arrivant de pays contaminés, la tuberculose a fait plus de 5.000 victimes en France en 2010 et 500 uniquement en Seine-Saint-Denis, selon les chiffres de l’Institut national de veille sanitaire (INVS).

Autre maladie que l’on croyait disparue avec les poètes du XIXe siècle, la syphilis, une infection sexuellement transmissible (IST), a fait un retour en force au début des années 2000. Dans les pays où l’assainissement de l’eau est défaillant, c’est  le choléra qui sévit toujours durement.  «La variole est la seule maladie qui ait été véritablement éradiquée», rappelle le docteur Elisabeth Carniel. Vaccination, protection contre les IST et respect des consignes aux voyageurs restent donc incontournables pour ne pas ressusciter les épidémies des siècles derniers.