L’OMS appelle les homosexuels à prendre un traitement contre le Sida à titre préventif

SANTE L’organisation a constaté une «explosion de l’épidémie» dans cette population…

Vincent Vantighem

— 

Flash test VIH, opération dépistage rapide du sida le 23 septembre 2013 à Paris.
Flash test VIH, opération dépistage rapide du sida le 23 septembre 2013 à Paris. — V. WARTNER / 20 MINUTES

La pilule risque d’avoir du mal à passer. Dans un rapport publié ce vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle, pour la première fois, les hommes ayant des relations sexuelles entre eux à prendre des traitements antirétroviraux contre le VIH à titre préventif.

>> Dossier: Tous nos articles sur le Sida

«Nous constatons une explosion de l’épidémie» pour ce groupe, a indiqué Gottfried Hirnschall qui dirige le département VIH de l’OMS. Selon lui, c’est en raison d’un relâchement de la prévention et de l’inquiétude que l’épidémie connaît cette recrudescence.


L’exemple de Bangkok

Aujourd’hui, les homosexuels ont 19 fois plus que la population moyenne le risque d’être contaminé par le virus. A Bangkok, par exemple, le Sida affecte 5,7 % des hommes ayant des relations sexuelles entre eux, contre 1 % de la population en général.

>> Eclairage: La fin du Sida, une histoire d’argent?

Dans ses nouvelles recommandations publiées vendredi, l’OMS «recommande fortement aux hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes de considérer la prise des antirétroviraux comme une méthode supplémentaire de prévention face au VIH».

Un million d’infections évitées en dix ans

Prendre une pilule quotidienne combinant deux antirétroviraux, en plus de l'usage des préservatifs, pourrait diminuer les risques de 20 à 25%, soit éviter «un million de nouvelles infections au sein de ce groupe en 10 ans», selon l'OMS.

>> Politique: Hollande s'engage lors des Solidays

Les recommandations se focalisent également sur les populations à risque, comme les transexuels, les prisonniers, les drogués, les prostitués, qui représentant environ la moitié des nouvelles contaminations annuelles.

Fin 2013, quelque 13 millions de personnes avec le VIH bénéficiaient du traitement par antirétroviraux. Mais pour M. Hirnschall, la bataille est permanente.