Servier écope d'une amende de 331 millions d'euros pour «abus de position dominante»

SANTE Le laboratoire est accusé d'avoir freiné l'entrée sur le marché d'un médicament concurrent

Vincent Vantighem

— 

Les laboratoires Servier poursuivent en diffamation devant le tribunal correctionnel de Paris le journal Libération et le député PS Gérard Bapt, pour des articles et des propos relatifs à l'affaire du Mediator, selon une citation directe à comparaître dont l'AFP a obtenu copie dimanche.
Les laboratoires Servier poursuivent en diffamation devant le tribunal correctionnel de Paris le journal Libération et le député PS Gérard Bapt, pour des articles et des propos relatifs à l'affaire du Mediator, selon une citation directe à comparaître dont l'AFP a obtenu copie dimanche. — Thomas Samson afp.com

Cette fois-ci, c'est pas le Mediator qui est en cause. La Commission européenne a infligé mercredi une amende de 331 millions d'euros au laboratoire français Servier pour «abus de position dominante». Servier est sanctionné, aux côtés de cinq fabricants de médicaments génériques, pour avoir freiné l'entrée sur le marché de versions moins chères de son médicament cardiovasculaire, le Périndopril.

Cinq autres labos concernés

«Grâce à l'acquisition de technologies et à une série d'accords amiables concernant des brevets conclus avec des concurrents fabricants de génériques, Servier a mis en oeuvre une stratégie visant à exclure ses concurrents et retarder l'entrée sur le marché de médicaments génériques meilleur marché, au détriment des budgets publics et des patients», explique la Commission dans un communiqué.

Au total, l'amende s'élève à 427,7 millions d'euros et concerne aussi Niche/Unichem, Matrix (désormais Mylan), Teva, Krka et Lupin. Servier, qui a le statut de fondation et n'est pas coté en Bourse, est le numéro deux français de la pharmacie après le géant Sanofi, et a été marqué ces dernières années par le scandale du Mediator qui avait éclaté fin 2010.

Le précédent du Médiator

Utilisé par cinq millions de personnes en France, le Médiator est à l'origine de graves lésions de valves cardiaques et pourrait être responsable à long terme de 2.100 décès, selon une expertise judiciaire.

En 2013, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 4,2 milliards d'euros et a dégagé un bénéfice net stable de 325 millions d'euros.