Des médicaments consommés avec (un peu) plus de modération

PHARMACIE Selon le rapport d’analyse des ventes de médicaments en France présenté ce mardi de l’agence sanitaire ANSM…

C.P. avec AFP

— 

Illustration d'un paiement de médicaments chez un pharmacien.
Illustration d'un paiement de médicaments chez un pharmacien. — SERGE POUZET/SIPA

48 boîtes de médicaments par Français et par an: c’est la moyenne enregistrée en 2013 par l’ANSM. Une consommation «toujours élevée» mais stable par rapport à 2012 (3,1 milliards de boîtes), malgré un hiver beaucoup plus sévère en termes d’épidémies en tous genres. De quoi déceler les premiers signes d’une «modération de la consommation pharmaceutique», note l’agence.

Trois fois plus de génériques en 10 ans

Ce changement de comportement se traduit notamment par la forte progression du marché des génériques qui représentaient plus de 15 % du marché en valeur et plus de 30 % en quantité, soit trois fois plus qu’en 2003, selon ce rapport. Un boom porté principalement par le renforcement du mécanisme «tiers payant contre générique» dans les pharmacies, qui incite les patients à accepter la substitution moyennant l’application du tiers payant.

Recul des dépenses

Grâce à ce développement des génériques et aux baisses de prix pratiquées en 2013, le marché pharmaceutique s’est à nouveau contracté en valeur (-1,4 % en 2013 après -1,5 % en 2012), atteignant 26,8 milliards d’euros au total (contre 27,2 milliards en 2012), précise le rapport.

Toutefois, comme en 2012, l’évolution diffère entre les ventes en pharmacie (20,6 milliards d’euros) qui ont reculé de 2,4 % (contre -2,8 % en 2012) et les ventes destinées aux établissements hospitaliers (6,2 milliards d’euros) qui ont progressé de 1,8 % en valeur l’an dernier (contre +3 % l’année précédente). Un écart qui s’explique notamment par le fait que l’hôpital prend en charge les pathologies les plus graves et a recours à des substances actives très récentes, précise l’ANSM.