Journée de l’infertilité: Près d’une Française sur deux favorable à l’auto-conservation des ovocytes

MATERNITE En vue d’une maternité future…

Romain Scotto
— 
Les services sociaux britanniques ont fait subir de force une césarienne à une femme, une Italienne qui séjournait en Angleterre, pour lui retirer son bébé en arguant de ses troubles psychiatriques, a rapporté dimanche le Daily Telegraph.
Les services sociaux britanniques ont fait subir de force une césarienne à une femme, une Italienne qui séjournait en Angleterre, pour lui retirer son bébé en arguant de ses troubles psychiatriques, a rapporté dimanche le Daily Telegraph. — Mychele Daniau AFP

Alors que la loi française n’autorise l’auto-conservation d’ovocytes qu’en cas de problèmes médicaux, les Françaises sont globalement favorables à l’idée d’une généralisation de la pratique. Selon un sondage exclusif YouGov, réalisé pour 20 Minutes*, à la veille de la journée nationale de l’infertilité près d’une sur deux (46,3 %) défend la conservation pour convenance personnelle, alors que 38 % y sont défavorables (15,6 % ne se prononcent pas.)

L’étude révèle en revanche qu’elles sont beaucoup moins nombreuses à envisager elles-mêmes cette technique en vue d’une procréation future si la loi l’autorisait. 23,8 % se disent prêtes à congeler leurs ovocytes et 54,7 % y sont opposées. Une proportion qui monte toutefois à 31,2 % chez les 18-34 ans, premières concernées par ce type de mesure.

Ethique, coût et dangers pour la santé

Les femmes qui souhaitent avoir recours cette technique pour elles-mêmes avancent plusieurs justifications. Une majorité d’entre elles (38,9 %) souhaitent «bénéficier des avancées permises par le progrès médical.» 28,4 % y songent pour «s’assurer de bien être fertile, même après 40 ans.» Et 15,3 % l’envisagent pour «profiter de la vie avant d’avoir un enfant». Enfin, les opposantes à l’auto-conservation avancent très majoritairement (47,2 %) l’argument éthique. Bien avant d’évoquer l’aspect pécuniaire ou d’éventuels dangers pour la santé.

*Enquête réalisée en ligne par YouGov sur 1.092 personnes représentatives de la
population nationale française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.
Rejoignez le panel YouGov