Etude sur les risques de cancer du sein: «Il ne faut pas céder à la psychose»

INTERVIEW Dr Béatrice Fervers, oncologue coordinatrice de l'Unité Cancer Environnement du Centre Léon Bérard de Lyon revient sur l’étude parue ce lundi concernant les substances chimiques qui favoriseraient les cancers du sein chez les animaux…

Propos recueillis par Delphine Bancaud
— 
Une radio effectuée dans le cadre d'une mammographie pour dépister le cancer du sein.
Une radio effectuée dans le cadre d'une mammographie pour dépister le cancer du sein. — GUSTAFSSON/LEHTIKUVA OY/SIPA

Une étude de chercheurs américains publiée ce lundi établit une liste de 17 substances chimiques qui favoriseraient des tumeurs mammaires chez les animaux. Des produits auxquelles de nombreuses femmes sont exposées quotidiennement. Mais faut-il pour autant leur recommander de réduire leur exposition à ces substances chimiques pour limiter leurs risques de développer un cancer? Dr Béatrice Fervers, oncologue coordinatrice de l'Unité Cancer Environnement du Centre Léon Bérard, répond à 20 Minutes.

Texiles anti-tâches, dissolvants, décapants, ignifuges, gasoil… Une exposition fréquente à ces produits peut-elle entrainer des tumeurs mammaires?

Les études pratiquées sur des rongeurs montrent que ces substances sont associées à l’apparition de cancers du sein chez l’animal. Mais il n’existe pas de données épidémiologiques (concernant l’homme) pour le moment. Des interrogations demeurent sur ce point, ce qui requiert une certaine prudence dans l’interprétation de cette étude.

Par mesure de précaution, faut-il conseiller aux femmes de se tenir le plus possible éloignées de ces substances?

Il ne faut pas céder à la psychose! La manière dont a été interprétée cette étude par de nombreux médias est excessive. Certaines recommandations comme éviter de respirer les gaz d’échappement ou la fumée de cigarette, sont justifiées. Mais d’autres, comme éviter les tissus d’ameublement anti tâches ou se procurer un bon filtre à charbon pour filtrer l'eau avant de la consommer me semblent saugrenues pour prévenir un cancer du sein.

Quelles sont vos propres recommandations pour limiter les risques de développer un cancer du sein?

Il faut limiter la consommation de tabac et d’alcool, pratiquer une activité physique régulière, éviter le surpoids, les traitements hormonaux substitutifs de  la ménopause et les radiographies répétées lorsque l'on est jeune. Et ne pas oublier de se faire dépister. Car seulement la moitié des femmes âgées de plus de 50 ans effectuent une mammographie tous les deux ans dans le cadre du dépistage organisé.