Médicament: Qui craint le grand méchant Gardasil?

SANTE Ce médicament, censé lutter contre le cancer du col de l’utérus, serait à l’origine d’effets secondaires désastreux...

R.S.

— 

Le Gardasil, vaccin conre le cancer du col de l'utérus.
Le Gardasil, vaccin conre le cancer du col de l'utérus. — DURAND FLORENCE/SIPA

700 médecins, 250 sages-femmes, des gynécologues, des chercheurs. Ils sont actuellement plus d’un millier à avoir signé la pétition contre le Gardasil, ce médicament destiné à lutter contre le cancer du col de l’utérus chez la femme. Dans le même temps, les plaintes se multiplient. Les signataires de la pétition demandent le retrait de ce vaccin aux effets indésirables importants. Philippe de Chazournes, le médecin à l’origine de la pétition et ancien correspondant de la haute autorité de santé, expose le point de vue de ce collectif, qui à terme, redoute un scandale encore plus important que celui du Mediator.

Un problème d’efficacité. «L’argumentaire n’est pas très compliqué. L’efficacité de ce vaccin n’a jamais été prouvée par les études de référence, que ce soit aux Etats-Unis ou en France. Elle est de moins de 20 % pour l’ensemble des virus en cause. C’est compliqué à comprendre. On n’invente rien puisque la Haute Autorité de Santé le dit.»

Un problème de coût. «C’est un vaccin cher, 450 euros l’ensemble de la vaccination qui contient trois doses. Les coûts sont politiques. Le coût d’un vaccin ou d’un médicament n’a rien à voir avec le contenu ou la recherche nécessaire pour le faire. C’est purement une décision politique en fonction d’un éventuel marché à prendre.»

Des problèmes d’effets secondaires. «Cela ne fait pas partie de notre argumentaire. Nous pouvons dire qu’il n’y a pas eu d’étude de nocivité sur la vaccination du Gardasil. Il y a eu des études sur ce vaccin, en particulier contre une substance qui contient de l’aluminium. Mais si on compare un vaccin avec de l’aluminium (le cas du Gardasil) avec une substance comprenant déjà de l’aluminium, si l’aluminium est en cause, on ne verra pas de différence. Les familles dont les jeunes filles se plaignent d’effets secondaires (maladies très invalidantes) doivent être écoutées. Il y a une certaine suffisance autour d’elles qui devient intolérable. Il n’est pas exclu qu’il y ait un rapport entre la vaccination et des signes qui apparaissent dans les trois mois qui suivent.»

Un scandale sanitaire en perspective? «Le Gardasil, c’est autrement plus important que le Médiator. Le Mediator était purement français. Le Gardasil, c’est planétaire, ça va très loin. C’est un scandale qui n’est pas un problème de santé publique puisqu’il n’existe pas encore. C’est encore une interrogation. Comment a-t-on pu mettre sur le marché ce vaccin? On a le soutien de la Haute Autorité de Santé. C’est un vaccin qui pose plein de questions.»

>> TÉMOIGNAGES - Vous avez été vaccinée avec Gardasil? Êtes-vous inquiète? Vous avez refusé de le faire? Votre gynécologue vous l'a-t-il proposé? Racontez-nous dans les commentaires ou écrivez-nous à contribution@20minutes.fr.