La Haute Autorité aborde enfin la question de la vaccination. Deux vaccins ciblant les types de papillomavirus impliqués dans 70% des cancers du col de l'utérus sont en effet disponibles en France (Gardasil de Sanofi Pasteur MSD et Cervarix de GlaxoSmithKline).
La Haute Autorité aborde enfin la question de la vaccination. Deux vaccins ciblant les types de papillomavirus impliqués dans 70% des cancers du col de l'utérus sont en effet disponibles en France (Gardasil de Sanofi Pasteur MSD et Cervarix de GlaxoSmithKline). — AFP/Sanofi Pasteur MSD/Archives

SANTE

Plus de 400 médecins réclament une mission parlementaire sur le vaccin Gardasil

Censé lutter contre le cancer du col de l’utérus, ce vaccin serait à l’origine d’effets secondaires désastreux selon neuf patientes qui ont déposé plainte…

Il y a des sages-femmes, des gynécologues, des pédiatres, des médecins. Et même Irène Frachon, la pneumologue de Brest (Finistère) qui avait lancé l’alerte sur le Médiator. Plus de 400 médecins réclament, à travers une pétition, l’ouverture d’une mission d’information parlementaire pour réévaluer le Gardasil, vaccin contre le cancer du col de l’utérus.

Cher et peu efficace?

En décembre 2013, neuf femmes victimes des effets néfastes présumés du vaccin Gardasil ont déposé plainte contre X pour «atteinte involontaire à l’intégrité physique et tromperie aggravée» au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Toutefois, la plainte ne vise pas nommément le laboratoire Sanofi Pasteur MSD, qui a lancé en 2006 ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus.

Outre la polémique, les pétitionnaires critiquent la piètre efficacité et le coût exorbitant du vaccin. «Il n’est efficace qu’à 20 % d’après les études cliniques», critique ainsi Philippe de Chazournes, le médecin à l’origine de la pétition qui rappelle aussi que le Gardasil coûte «123 euros par dose». D’autant que l’administration du vaccin ferait, selon les praticiens, reculer la pratique du frottis qui, elle, s’avère «efficace à 100 %».

Soutenu par François Hollande

Dans les colonnes du Journal du dimanche qui a révélé l’existence de cette pétition, le laboratoire Sanofi Pasteur se défend. Refusant de «se prononcer sur une pétition stigmatisant Gardasil», le groupe pharmaceutique rappelle qu’il «existe un consensus international démontrant sa sécurité et son intérêt dans la prévention du cancer du col».

Un avis a priori partagé au plus haut sommet de l’Etat. Début février, François Hollande, lui-même, avait salué son efficacité lors de la présentation du plan cancer.