Un actif sur trois ne dort pas assez

SANTE Les risques de somnolence dans le journée, y compris au volant, sont accrus par le manque de sommeil...

Audrey Chauvet

— 

Une femme dort.
Une femme dort. — POUZET/SIPA

Métro, boulot, dodo: pour un Français sur trois, c’est le dodo qui passe à la trappe quand le temps manque. D’après une enquête de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV), 36 % des actifs français dorment moins que les 6 heures de sommeil minimales recommandées par les médecins. Cette dette de sommeil se transforme souvent en somnolence durant la journée et peut avoir de graves conséquences pour les conducteurs.

Un actif sur dix s’est déjà endormi au volant

Cette somnolence, constatée chez 21 % des actifs, est «préoccupante pour ceux qui prennent le volant», rappelle le docteur Joëlle Adrien, présidente du conseil scientifique de l’INSV. Alors que les consignes de sécurité, comme faire des pauses régulières ou s’arrêter dès que l’on sent la fatigue arriver, sont bien entendues en période de grands départs en vacances, il est plus difficile de se permettre une pause durant le trajet entre le domicile et le travail. Pourtant, sur les 77 % d’actifs qui conduisent leur voiture pour aller travailler, la majorité parcourt plus de 20km à chaque trajet et 17 % déclarent avoir somnolé au volant au moins une fois par mois.

Plus inquiétant, un actif sur dix dit s’être endormi au volant au moins une fois dans l’année. «La somnolence est la première cause d’accidents sur l’autoroute, rappelle Bernadette Moreau, déléguée générale de la fondation Vinci autoroutes. C’est pourquoi il est important de rappeler l’importance de réaliser des pauses régulières et de faire une courte sieste lorsque le besoin s’en fait sentir.»

Faire la sieste et se coucher tôt

Dans la plupart des cas, les conducteurs qui s’endorment au volant n’ont pas assez dormi la nuit précédente. Mais les horaires décalés ou un sommeil de mauvaise qualité peuvent aussi jouer sur la somnolence. Il faut donc faire attention à conserver des rythmes de sommeil réguliers et suffisants pour ne pas s’endormir au volant: «Faites la sieste et dormez plus en semaine, pas seulement le week-end, conseille le professeur Pierre Philip», professeur à la Clinique du sommeil.

Si on ne peut pas agir sur son heure de lever, une fatigue chronique dans la journée devrait inciter à se coucher plus tôt le soir. Eviter de lire ses mails ou de jouer sur l’ordinateur le soir peut également favoriser un meilleur sommeil et éviter les trop grands efforts physiques en soirée même si «on dort toujours mieux quand on fait du sport que quand on n’en fait jamais», constate le professeur Damien Léger, président de l’INSV. Quant au café, son effet sur le sommeil et l’éveil reste très différent sur chaque personne, mais mieux vaut éviter d’en consommer le soir: «Même si elle ne vous empêche pas de dormir, la caféine dégrade la qualité du sommeil», note Joëlle Adrien.