Acouphènes: Comment lutter contre cette gêne de l’oreille?

AUDITION A l’occasion de la journée nationale de l’audition ce jeudi 13 mars, enquête sur les acouphènes, un mal sous-estimé et souvent irrémédiable…

Bertrand de Volontat

— 

Illustration d'une femme médecin généraliste auscultant l'oreille d'un patient.
Illustration d'une femme médecin généraliste auscultant l'oreille d'un patient. — CLOSON/ISOPIX/SIPA

L’audition n’est que la quatrième source d’inquiétude des Français en matière de santé. C’est ce qu’affirme un sondage Ipsos du 4 mars pour l’association Journée Nationale de l’audition, à l'origine de l'événement éponyme du 13 mars, consacrée en 2014 au phénomène des acouphènes. Cette gêne de l’oreille doit pourtant être prise au sérieux. En effet, le nombre de personnes souffrant d'acouphènes en France qui était jusqu'à présent estimé à 2,57 millions, pourrait atteindre 16 millions de personnes. Dont 3,7 millions d’acouphènes permanents, d'après les projections tirées de ce sondage réalisé le mois dernier auprès de 900 personnes âgées de 16 à 75 ans.

Les personnes qui souffrent d'acouphènes entendent des sons parasites ne provenant pas de leur environnement. Des troubles liés à un dysfonctionnement du système nerveux auditif. 20 Minutes fait le point sur la prévention et les soins à apporter à ce mal.

Prévenir pour mieux guérir. Pour 88% des personnes interrogées, les acouphènes sont gênants, impactant principalement la concentration (81 %) et la compréhension (78 %). Mais l’acouphène est quasiment insoignable. «C’est la bouteille à l’encre des médecins, explique Jacques Benzaquen, audioprothésiste Audika spécialiste de ces troubles, interrogé par 20 Minutes. Il y a des recherches menées car les victimes se replient sur eux-mêmes, deviennent agoraphobes. Cela peut conduire au suicide. Il faut donc prévenir.» En effet, selon le sondage, les Français souffrant d’acouphènes se disent plus irritables, anxieux, isolés et  dépressifs.

Comment sait-on quand on a des acouphènes? Vous savez que vous êtes acouphénique dès lors que vous entendez un bruit que les autres n’entendent pas. «Quand un acouphène survient, il peut disparaître au bout de deux jours, si vous êtes chanceux», affirme Jacques Benzaquen. Selon le sondage, 29% estiment que la gêne ressentie a totalement disparu. Mais dans la majorité des cas, l’acouphène ne disparaît pas. «Il reste à un niveau léger mais il peut s’aggraver si on continue à ne pas avoir une bonne hygiène de vie». Les troubles acouphéniques peuvent d’ailleurs être différents. Chez 26,74% des personnes sondées, les acouphènes se produisent d’ailleurs «de temps en temps». Les acouphènes ne doivent pas être confondus avec un trouble de la même famille qu’est l’hyperacousie. L’origine est commune -un choc- mais il ne s’agit pas d’un bruit interne mais d’une hyper sensibilité au bruit, qui se traite.

Comment prévenir les acouphènes? La situation est d’autant plus grave que la naissance des acouphènes est quasi-imprévisible. Ils peuvent apparaître dans une oreille traumatisée, exposée aux bruits violents, notamment après un concert ou une discothèque. L’oreille peut aussi être fragilisée par des médicaments comme des antibiotiques. Enfin, ils peuvent naitre après des chocs psychologiques importants. Une des manières de se protéger reste encore de vivre doucement. Ces bruits traduisent une cellule de souffrance interne. «Mais il n’existe pas de moyen ou de médicament pour rendre l’oreille plus robuste.»

Une fois attrapés, comment vivre avec? «Pour ceux gênés par un acouphène léger qu’ils entendent dans le silence, ils peuvent par exemple s’endormir avec une petite musique ou un sédatif, explique l’audioprothésiste. Pour les acouphènes plus graves, la première chose à faire est d’aller voir le médecin ORL». Mais dans la plupart des cas, aucun traitement n’est prescrit. Selon le sondage, 53 % des personnes ayant consulté un médecin n'ont ainsi reçu ni conseil, ni prescription, alors même que selon le comité scientifique de la JNA, des «solutions d'habituation» ont été développées afin de soulager et soutenir les patients, grâce à des aides auditives, des médicaments, ou un accompagnement psychologique. «Certains font aussi le choix de la mésothérapie, hypnose et acupuncture. Avant de se tourner vers l’appareillage pour soulager. Il faut compter de 590 à 2000 euros par appareil, sachant qu'un bon appareillage nécessite deux appareils», conclut l'audioprothésiste.