Pépins en vue pour la récolte de pommes

Jérôme Gicquel

— 

Les années se suivent et ne ressemblent pas forcément pour les producteurs de la région. Alors que la récolte des pommes avait été très généreuse et exceptionnellement précoce en 2011, la cuvée 2012 ne s'annonce pas du même acabit. Exemple chez Laurent Jary, propriétaire de 45 hectares de vergers à Domagné, à 25 km à l'est de Rennes, qui vient tout juste de démarrer la cueillette. « Cela fait très longtemps que l'on avait pas vu aussi peu de pommes dans les vergers. Par rapport à l'an dernier, les volumes de production seront en recul d'environ 30 %. On atteint même un déficit de 50 % sur la granny et de 80 % sur la boscop, alors que c'est pourtant la variété qui donne le ton de la saison », indique l'arboriculteur. Même constat pour les poires avec « 15 à 25 % de production en moins. » En cause, les conditions météorologiques du printemps, période clé qui marque la floraison des arbres. « Les mois d'avril et de mai ont été froids et humides et le mauvais temps a duré très longtemps cette année. Quand on a taillé les arbres durant l'hiver, la préparation de la récolte s'annonçait pourtant bonne », poursuit Laurent Jary, un brin fataliste.

Des prix à la hausse
Seul motif de soulagement pour l'arboriculteur, l'Ille-et-Vilaine n'est pas le seul département à voir sa ressource en pommes se raréfier cette année. « La situation est la même partout en France et même en Europe. En règle générale, il y aura moins de fruits et de légumes cette année. » Le consommateur doit donc s'attendre dans les prochaines semaines à voir moins de pommes et moins de variétés sur les étals des supermarchés. Ce recul de la production aura logiquement des répercussions sur le portefeuille du client. « C'est difficile à chiffrer pour l'instant car nous en sommes aux premières transactions. Mais on peut raisonnablement penser que le prix des pommes sera 20 à 25 % plus élevé que l'an dernier. » Une hausse des prix qui n'inquiète pas outre mesure Laurent Jary. « Les gens continueront à manger des pommes. C'est un marché où il y a toujours de la demande ».