L'Antipode va quitter Cleunay pour la Courrouze

Camille Allain

— 

Les amateurs de musique ne s'en plaindront pas. La municipalité a décidé lundi soir en conseil municipal de donner plus de place à la salle de concerts de l'Antipode et à sa MJC (maison des jeunes et de la culture). Devant l'impossibilité de réhabiliter les bâtiments existants, la structure devra déménager pour rejoindre le tout nouveau quartier de la Courrouze, pour une ouverture prévue en… 2017 ! « Depuis 2008, l'équipe de la MJC a émis le souhait d'avoir une mise aux normes. Mais vu le coût de l'équipement (près de 20 millions d'euros), et la construction de deux groupes scolaires, les finances ne nous permettent pas de faire plus vite », explique Gaëlle Andro, adjointe à la vie associative rennaise.

Une offre décentralisée
La municipalité a choisi la Courrouze, qui comptera 10 000 habitants dans quelques années. « La salle sera à cheval sur les deux quartiers », explique l'élue. Majorité et opposition partagent d'ailleurs la vision « décentralisée » de l'offre culturelle, plutôt que de tout réunir sur un même site, comme c'est le cas à Nantes avec le Stéréolux. « C'est intéressant car à Rennes, la fête et la vie culturelle restent souvent dans le centre-ville », précise Bruno Chavanat, leader de Rennes Capitale (UMP). « Souhaitons que la salle profite aussi aux habitants du quartier », tempère l'élu.

Jusqu'à 650 spectateurs
Le futur pôle culturel devrait compléter l'offre de salles existante en proposant trois salles dédiées à la musique. L'une au format « club » pour les petites jauges, une grande pouvant contenir 650 personnes (contre 400 aujourd'hui), et un studio destiné aux résidences. « Aujourd'hui, les conditions d'accueil des artistes sont précaires, et pas à la hauteur de la programmation », justifie Gaëlle Andro. Le projet prévoit également quatre studios de répétition pour les groupes locaux. L'Antipode actuel, situé à Cleunay, devrait être rasé, « pour laisser place à des logements ».