Rennes aura son « central Park »

Camille Allain

— 

Un an après l'annonce controversée de la fermeture des jardins familiaux, la municipalité rennaise vient de préciser son projet de réhabilitation des prairies Saint-Martin. Cette zone de 30 hectares située aux abords du centre-ville sera transformée en un parc naturel urbain. « Un espace trois fois plus grand que le Thabor mais 12 fois plus petit que Central Park », plaisante Frédéric Bourcier, adjoint à l'urbanisme. A l'instar de son homologue new-yorkais, l'endroit deviendra « un lieu multi-usages où l'on pourra se promener, faire du sport, ou contempler la nature », ajoute l'élu. Loin d'être arrêté, l'aménagement évalué à 9,3 millions d'euros a été confié à Face, une agence de paysagistes parisiens. « Leurs propositions sont intéressantes et ils ont déjà une solide expérience dans ce domaine », explique le maire Daniel Delaveau pour justifier son choix.

Les habitants décideront
Si la maîtrise d'oeuvre est aujourd'hui actée, l'avenir des prairies demeure encore flou. « Le cabinet a émis des idées. Nous les soumettrons aux habitants lors d'une grande consultation qui débutera en septembre ou octobre », ajoute le maire. Jusqu'en mars 2013, les riverains « et tous les Rennais » pourront s'informer des aménagements possibles et en proposer. Au menu : des espaces boisés, des pâturages qui pourraient accueillir quelques animaux, des zones humides favorisant la biodiversité, mais aussi de petits aménagements comme une tour belvédère, des aires de jeux pour enfants et de petits kiosques. « On peut imaginer un lieu de rassemblement pour des événements culturels et des manifestations associatives », ajoute Daniel Delaveau. Les horribles bâtiments industriels qui abritaient une tannerie jusqu'en 1948 le long du canal et déserts depuis le milieu des années 1990 seront rasés. Même si « c'est compliqué à négocier », selon les élus. Les travaux devraient débuter en 2014 et le parc accessible par la future ligne B du métro.