Un squat « de luxe » pour 200 migrants

Jérôme Gicquel

— 

Inoccupée depuis septembre 2011, la résidence du Parc a repris du service au début du mois. L'ancienne maison de retraite vient d'être « réquisitionnée » par l'association Droit au logement (DAL), qui accueille quelque 200 migrants occupant les 50 studios et pièces communes de l'établissement. « On a réalisé un gros coup, c'est l'un des plus grands squats réquisitionnés par le DAL en France », indique Michel Guérin, militant de l'association. Le DAL 35 n'en est pas à son premier coup d'essai avec déjà une petite dizaine d'occupations de maisons en cours dans la métropole rennaise. « On loge environ 350 migrants, dont une grande majorité de demandeurs d'asile. Mais ce n'est pas suffisant et il y en a encore beaucoup qui sont à la rue. On fait le travail de l'Etat qui doit loger ces personnes », poursuit Michel Guérin. A chaque opération plane cependant la menace d'une expulsion par les forces de l'ordre, la dernière datant de début avril avec l'évacuation de deux maisons, rue Poirier Nivet à Rennes. « On n'a toujours pas reçu de convocation au tribunal mais on sait que cela va arriver », reconnaît le militant.

Un projet pour le site
Dans l'attente de solutions de logement pérennes, les occupants profitent malgré tout du répit que leur offrent les 2 500 m2 de la résidence du Parc. « Ici, c'est le grand luxe par rapport aux autres squats.Il y a l'eau, l'électricité, une douche, un WC et un coin kitchenette dans chaque studio. » Dans l'un d'entre eux, Mado, Cécile et Mazina, trois femmes congolaises, s'affairent autour du réchaud avec au menu du déjeuner des feuilles de manioc et du poisson. « J'ai fui mon pays car j'avais des problèmes là-bas et puis chez nous les élections sont truquées », raconte Cécile. L'occupation de l'ancienne maison de retraite ne fait en tout cas pas que des heureux. La S.A. HLM Les Foyers, propriétaire des lieux, ainsi que la commune de Pacé ont ainsi dénoncé « le coup de force opéré par le DAL » et indiqué qu'un projet était en cours pour réhabiliter le site. Et parmi les pistes envisagées figure la création d'un centre d'accueil de demandeurs d'asile...