Strasbourg possède déjà des radars.
Strasbourg possède déjà des radars. — G. VARELA / 20 MINUTES

Rennes

Les feux tricolores équipés de radars à Rennes

Sécurité Le ministère veut réduire le nombre de victimes en milieu urbain

«Aujourd'hui le feu orange ne sert plus à freiner mais à accélérer. » La phrase est signée Jean-Luc Névache, délégué interministériel, à l'occasion des premières assises de la sécurité routière d'Ille-et-Vilaine qui se sont déroulées hier. « Nous devons stopper cette pratique », a insisté le délégué avant d'annoncer l'arrivée progressive de radars aux feux tricolores dans le département. « Le préfet nous a transmis des propositions de carrefours dangereux à équiper. Nous prévoyons d'installer une douzaine de radars en Ille-et-Vilaine ». Y en aura-t-il à Rennes ? « Oui, d'ici la fin de l'année », répond le représentant du ministère, sans en préciser le nombre.

Objectif « zéro mort »
Aujourd'hui 500 radars de ce type sont installés en France. « Il y en aura 730 fin 2012 », avance Jean-Luc Névache. L'Ille-et-Vilaine n'en compte que deux, en fonction à Redon, et un troisième sera installé la semaine prochaine à Chartres-de-Bretagne. « Cela fonctionne très bien. Au départ, ils flashent beaucoup, mais ça se calme très vite. En moyenne, ces radars flashent 7 fois par jour. C'est beaucoup moins qu'un radar de vitesse qui s'active 16 fois ». Avec ces mesures, le ministère espère atteindre l'objectif de « zéro mort » en milieu urbain. Un équipement similaire sera installé au passage à niveau de Saint-Médard-sur-Ille. Le conseil général prévoit lui de « supprimer les feux dangereux » en milieu rural « pour les remplacer par des giratoires ».

Souvent l'alcool

En Ille-et-Vilaine, 36,8 % des accidents mortels sont causés par l'alcool, quand la moyenne nationale plafonne à 30,8 %. « Une vraie difficulté » pour les autorités qui annoncent l'arrivée avant l'été d'éthylomètres anti-démarrage pour les récidivistes.